Le Vignoble du diable

La galerie de portraits des résidents près de la réception avait changé depuis le début de l'enquête au mois de mai. De nouveaux visages étaient apparus alors que ceux de Jeanne Steiner, Jean Barras, Adolf Zbinden et Hubert Sapin avaient été retirés comme il est d'usage à chaque décès.
Raphaël Guillet - Un arrière-goût amer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 13 juillet

Contenu

Roman - Policier

Le Vignoble du diable

Humoristique - Gastronomie MAJ lundi 25 novembre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,5 €

Philippe Bouin
Paris : Presses de la Cité, octobre 2013
318 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-258-10523-2
Coll. "Romans Terres de France"

In vino veritas

Vive émotion à Saint-Vincent-de-Vignes, en plein Beaujolais : deux bigotes découvrent un cadavre en haut du mont Brouilly, un viticulteur local égorgé et entouré de symboles sataniques. Joseph Marzot était propriétaire du Vignoble du Diable, qui tenait moins son nom du grand cornu que du ruisseau coulant en son milieu. Archibald Sirauton, juge d'instruction à la retraite, mène sa petite enquête. Y a-t-il un rapport avec l'ancien propriétaire des lieux, un cambrioleur surnommé Bacchus (!) dont on a jamais retrouvé le butin ? Ou avec Naturalia, une communauté de naturistes sous l'égide de son gourou (coucou Paloma), un ex-chirurgien reconverti surnommé Virodomaros ? Au milieu des vignes, il n'y a pas que le vin pour échauffer les têtes...
Il est toujours curieux de retrouver l'excellent Philippe Bouin dans une collection plutôt livrés aux romans dits non sans condescendance "de terroir". Pourtant, il s'agit bien d'un polar, et plus encore, d'un polar humoristique, premier pour l'auteur qui, pourtant, s'y adonne avec l'assurance d'un habitué. Philippe Bouin connait bien le Beaujolais et, ses lecteurs le savent, en parle comme nul autre, et là, le pittoresque est vu de l'intérieur, avec des expressions locales aussi gouleyantes que méconnues des non-indigènes - et le traditionnel glossaire en fin de volume. Mais toute l'intrigue peuplée de personnages hauts en couleur est truculente sans jamais forcer la note, comme un Des messieurs trop tranquilles revu et corrigé par un Charles Exbrayat en pleine forme, le tout avec une langue foisonnante et maîtrisée. Un roman "deux en un", donc, qui ravira l'amateur d'humour en évitant la grosse farce (il y a parfois quelque chose d'un Pagnol du Beaujolais dans l'écriture) ET l'amateur de polars à la structure classique, mais satisfaisante jusqu'à une pirouette finale bien enlevée. Selon la formule consacrée, voilà un roman qui mériterait d'être remboursé par la sécurité sociale... même pour les buveurs d'eau ! Et, jubilatio jubilationnis, une suite serait prévue...

Citation

La curiosité du mont Brouilly se résume à sa hauteur. On ignore combien il mesure exactement. D'un avis divergent, les guides l'évaluent à 484 ou 485&,nbsp;mètres. Aussi, par les temps qui courent, le consensus prévalant, les deux revêches gravissaient ses 484,5 mètres

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 25 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page