Stars et truands : showbiz connection

Je l'ai vue, ultime tentative de combat, pointer vers l'avant ses nibards – sa valeur ajoutée – mais pour le reste, c'était à se demander si les fées armoricaines qui s'étaient penchées sur son berceau ne s'étaient pas un chouïa plantées : une silhouette un peu mastoc et approximative allant s'aggravant vers le bas comme si la gravité terrestre, à gros renfort granitique, avait imprudemment participé au modelage.
Claude Bathany - Country Blues
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Essai - Policier

Stars et truands : showbiz connection

Historique - Mafia - Artistique MAJ jeudi 28 novembre 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Thierry Colombié
Paris : Fayard, mai 2013
334 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-213-65142-2
Coll. "Document"

Quoi ma gueule ?

Il circule tellement d'argent dans les coulisses du showbiz, même français, que la tentation est grande d'y traficoter de vilains plans pour en gagner plus encore. Mais à lire cet essai, on se demande au fond si cette tentation ne s'enracine pas plutôt dans cette vision romantique du mauvais garçon qui traîne encore dans l'inconscient du spectacle français. Delon, Johnny, Depardieu, Naceri... L'industrie française du spectacle n'est certes pas Hollywood, et Delon n'est pas Sinatra. Mais il y a quelque chose de cette montre qui est passée dans le tissu français, où l'on aime à se faire une gueule de Marlon. Quant aux gangsters, ils semblent partager les mêmes fantasmes made in US. Ils paraissent eux aussi fascinés par le cinéma qui les a inventés. Offrant aux stars leur double inversé, comme pour mieux recycler en boucle la même image d'un produit inusable : le complexe du voyou. Naceri en tête d'affiche, off course, l'enfant dit terrible du cinéma français, un poncif navrant quand on y songe, affadissant à l'envi l'expression de Jean Cocteau. Naceri n'est pourtant pas, dans la galerie des portraits proposés, le plus dérisoire. Loin s'en faut. Sa trajectoire relèverait plutôt du poignant. Drogue, bastons, femmes. Les mauvais coups d'un gamin troublé par le sens que la vie lui a pris. D'autres sont moins sympathiques, avec leur figure d'ange aux fréquentations mauvaises, sinon empoisonnées - Delon, Johnny. Des hommes en affaires crapuleuses, sous l'obligeance d'un storytelling qui nous abuse, quand il ne devrait exprimer qu'une France aussi mauvaise que stipendiée, rôdant, affamée, dans les coulisses du monde américain. Mais quel travail de documentation dans cet ouvrage, serré au plus près de ces affaires qui ne cessent d'émailler la vie publique hexagonale !

Citation

En région parisienne, les policiers recensent plus de deux cents individus capables de monter un braquo...

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 14 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page