Escort girl à louer

Non, je suis le pire des fils de pute, Luisa. Et je dois me faire face chaque jour. Dans le miroir, dans une flaque d'eau, quand je conduis, quand je mange et quand je vais aux chiottes. Et même quand je vois ce putain de ciel gris que vous avez par ici. Toujours.
Antonio Manzini - Piste noire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Noir

Escort girl à louer

Social - Hard boiled - Trafic MAJ mercredi 20 novembre 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Joseph Farnel
Saint-Malo : Pascal Galodé, octobre 2013
298 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-35593-275-5

Nestor Burma épicurien

Escort-girls à louer est avant tout une ode au plaisir avec de nombreuses recettes culinaires, accompagnées de petits crus chatoyants qui parsèment la lecture comme autant de petites pauses que s'accordent les personnages centraux. S'y ajoute le fait que Georges Lernaf, le détective privé au cœur de l'histoire, est un amoureux des femmes qu'il trousse allègrement, avec grâce et vigueur. Celles-ci ont d'ailleurs le bon goût de porter des tenues seyantes et revigorantes. L'intrigue permet d'ailleurs de confirmer ce goût des bonnes choses puisque Georges Lernaf est chargé d'enquêter pour le compte d'un riche client et de son riche notaire sur les fredaines d'une épouse volage. Très vite, le détective découvre que la femme est à la tête d'un réseau de call-girls - ce qui ne peut que satisfaire son sens esthétique. Le réseau est cependant menacé par les visées d'un autre groupe de truands, sans doute liés aux Iraniens, qui entendent contrôler le marché, afin, entre autres, de faire chanter les décideurs européens...
Nestor Burma moderne, Georges Lernaf, qui entend sans cesse monnayer ses activités et est lié à un policier prêt à se laisser corrompre par un bon repas, se trouve donc plongé entre différents groupes aux intérêts divergents : une femme qui veut continuer son commerce, un mari assez louche et son associé qui ont peur des remous que cela pourrait provoquer sur leurs propres affaires, les services spéciaux français qui veulent que le marché des call-girls reste le lieu "d'honnêtes prestations sexuelles" et non l'endroit de chantages. L'intrigue est donc de facture très classique, et elle louvoie entre les descriptions épicuriennes des rencontres gastronomiques ou amoureuses. À un moment même, le détective et une splendide créature des services secrets vont mener une petite enquête en province et l'on voit bien que la recherche de la vérité n'est qu'un prétexte, comme au bon vieux temps de ce cher San-Antonio.
Comme les repas qu'il dévore, les nuisettes qu'il enlève ou les porte-jarretelles qu'il contemple, la réalité policière se déguste en petites touches rapides, virevoltantes, enjouées. Escort-girls à louer à le charme des Paris-Hollywood de notre enfance, des Nestor Burma et des S-A., des plaisirs simples d'une omelette aux champignons, au débotté, avec quelques amis, d'un petit Bourgueil trouvé par hasard.

Citation

Modération ? Qui c'est celui-là ? Je ne le connais pas, dit-il en sifflant d'un trait le verre que je viens de lui servir.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 13 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page