La Violence

Les Cévenoles avaient de grandes gueules, mais dans ces pays, un sou restait un sou.
Laurence Biberfeld - La Meute des honnêtes gens
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Essai - Noir

La Violence

Politique - Historique MAJ jeudi 05 décembre 2013

Note accordée au livre: 1 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 6,6 €

Cécile Collette
Paris : 10-18, décembre 2012
140 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-264-05838-6
Coll. "Le Monde expliqué aux vieux", 4592

Et la violence, bordel ?

Ah, le bon vieux temps... Avec ses guerres, ses génocides, ses massacres de masses, les gaz, les tranchées, les camps... Quoi de plus rassurant qu'une bonne guerre désastreuse, gagnée ou perdue peu importe, dans la clarté des camps qui s'opposent... Dieu que les guerres étaient jolies, antan. Nos vieux s'y retrouveront du moins, semble affirmer l'auteur, qui ne cessent de clamer les vertus des temps anciens et ne se reconnaissent plus dans les subtilités du nôtre, où les violences semblent plus discrètes, du moins aux yeux de Cécile Collette. Le XXe siècle s'était ouvert sur fond de carnage. Pour se refermer sur le choc provoqué par l'effondrement de tours jumelles. Un si bref moment passé en boucle. Partout dans le monde, imposant le pompier dans les gravats en remplacement du poilu des tranchées, comme l'énonce notre essayiste dans l'une de ces formules propres à frapper les esprits. Mais néanmoins, la barbarie d'antan aurait été jetée aux oubliettes selon l'auteur. Serions-nous donc réellement épargnés, comme elle le prétend ? Nous n'aurions à redouter que l'irruption d'une violence étrangère dans notre univers calfeutré... Ou bien, nous raconte-t-elle, notre sensibilité si grande à la violence ne s'explique-t-elle que par le recul de notre seuil de tolérance. Un rien nous troublerait. L'imprévu, l'anxiété... Dans une époque qui se révèlerait plus effarouchée qu'autre chose. Curieux raisonnement planté dans un décor tellement factice : celui des sixties en fait, avec ses sociétés hédonistes dans lesquelles, à l'en croire, nous serions toujours englués. Allez le dire aux huit millions de pauvres en France... Aux cinquante mille SDF qui sont en fait des salariés pauvres... On se demande sur quoi se fondent pareilles analyses. Certainement pas sur les travaux les plus récents des économistes par exemple, qui observent que le niveau des inégalités en France est redevenu en 2013 celui du XVIIIe siècle ! Voyez comment le chômage de masse, la misère de masse, la précarité de masse, se sont installés durablement en Europe ! C'est le tiers-monde établi dans nos propres murs. Non pas une misère symbolique, mais bien réelle. Les fléaux seraient plus subtils ? Et cela parce que les États seraient toujours aussi protecteurs – ce que démentent toutes les analystes un peu sérieuses des économistes contemporains... On se demande sur quelle planète vit l'auteur, qui ose même parler de prolétaires-bohèmes... Ou bien, à propos des violences dans les cités, de fièvre adolescente... Et sait si bien taire par exemple la montée réelle de la violence physique à l'encontre des musulmans en France, dont les chiffres officiels finissent par donner le tournis. Elle évoque encore bien la guerre en podcast, made in US, mais ne sait rien des centaines de milliers de morts dans l'autre camp. Les bombes incendiaires, les bombes à souffle perpétrant une barbarie qui n'a pas grand-chose à envier au siècle précédent et n'a en tout cas rien de symbolique, ni de feutré.

Citation

Le monde devient une brique de lait stérilisé.

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 12 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page