San Pedro, la nuit

Il y a des pizzas au congélateur. je dois aller au château : les gendarmes m'attendent.
Marie-Bernadette Dupuy - Un festival meurtrier
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Policier

San Pedro, la nuit

Social - Procédure MAJ jeudi 14 novembre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Joseph Wambaugh
Harbor Nocturne - 2012
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Elsa Maggion
Paris : Calmann-Lévy, septembre 2013
400 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-4414-5
Coll. "Robert Pépin présente"

Flic story

Après un hiatus de plus de dix ans, ce fut un véritable plaisir que de retrouver Joseph Wambaugh en 2005, lâché par les Presses de la Cité avant de revenir au Seuil, puis ici chez Calmann-Lévy — dû non pas aux éditeurs, mais à l'auteur lui-même. Ancien flic, Joseph Wambaugh est spécialiste du roman dit de procédure policière (ou procedural), mais à la différence d'Ed McBain, grand maître du genre, il s'attache moins à une ou plusieurs intrigues entremêlées. Ses romans, dont la trame policière est ici assez limitée, se basent sur le quotidien, entrecroisant mille anecdotes pittoresques qui sentent bon le vécu de la rue. À travers ses personnages attachants, de Sophie Banson la protectrice des animaux, aux flics surnommés Bris et Débris, de SDF lunaires en ce Dinko Babitch, docker et fils de docker, et Lita Melinda la call-girl latino, Roméo et Juliette bien improbables d'un West Side Story des bas-fonds de San Pedro, c'est toute une humanité qui s'agite et vit son quotidien plus ou moins sordide. Car dans ce carrousel tragi-comique bourré de digressions, d'un humour féroce, mais parfois déchirant comme la vie elle-même, c'est un humanisme profond qui transparaît, loin du best-seller cynique : pas de super-flic à la Carella (du sus-mentionné Ed McBain dans son 87e District), pas vraiment de bons et de méchants, juste des hommes et des femmes qui grouillent et s'agitent avec le but parfois illusoire de faire en sorte que demain soit meilleur qu'aujourd'hui. On peut ne pas adhérer à cette série de chroniques et de digressions véristes si on préfère les intrigues taillées au cordeau et les rebondissements spectaculaires, mais là où il est sur son terrain, le presque octogénaire Joseph Wambaugh montre que bien des petits jeunes peuvent s'accrocher pour le suivre. Wambaugh est cette fois définitivement de retour, il nous avait manqué...

Citation

Sophie Branson était une fervente défenseuse des droits des animaux et elle avait la conviction que le plus féroce pitbull croisé pendant le service méritait davantage d'affection qu'aucun des hommes qu'elle avait épousés.

Rédacteur: Thomas Bauduret samedi 09 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page