Pyromanie

Les femmes qui s'embarquent dans des histoires d'amour sans réfléchir au pognon sont des imbéciles.
Nadine Monfils - Coco givrée
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 décembre

Contenu

Roman - Policier

Pyromanie

Mafia - Assassinat - Faits divers MAJ mercredi 06 novembre 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Bruce DeSilva
Rogue Island - 2010
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Manuel Tricoteaux
Arles : Actes Sud, septembre 2013
366 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-330-02348-5
Coll. "Actes Noirs"

Tout feu, tout flamme

Les amateurs de littérature de genre connaissent sans aucun doute H. P. Lovecraft, l'illustre écrivain de Providence dans lequel il décrit de nombreuses créatures monstrueuses, mais la question qui importe dans la présente chronique est : étaient-elles aussi aussi criminelles et "inhumaines" que celles racontées dans ce roman ? Tout part d'un jeu de mot : Providence se trouve dans l'État de Rhode island, éthymologiquement proche du "Rogue" du titre original, qui lui signifie fripouille, truand. L'histoire est racontée à la première personne par quelqu'un qui pourrait être le double de l'auteur : Liam Mulligan, un journaliste vieillissant qui, en ce début de XXIe siècle, voit la fin des journaux papier, travaille encore à l'ancienne selon les méthodes de la bonne vieille école. Tout au long du livre courra une histoire positive autour d'un chien qui a fait des centaines de kilomètres pour retrouver ses maîtres, une histoire comme on aimerait en lire plus souvent pense le rédacteur en chef. Mais Liam Mulligan n'est pas de cette trempe. Lui,ce qui l'intéresse,c'est de savoir ce qui se cache derrière les incendies qui provoquent des ruines et des morts dans un vieux et pauvre quartier de la ville, un quartier où Liam Mulligan a vécu son enfance et auquel il reste très attaché. Les incendies sont-ils l'œuvre d'un pyromane, d'un fou ou un plan d'ensemble se cache-t-il derrière ces incendies que rien ne semble relier ? Liam Mulligan et ceux qui vont l'aider sont peu à peu attaqués par le pyromane qui les menace de mort. Pourquoi ? Quelles magouilles seraient si puissantes que la mort d'innocents brûlés vifs en vaudrait-elle la chandelle ? Mais lorsque son amour d'enfance, la chef des pompiers de la ville, meurt à son tour dans un piège tendu par le pyromane pour empêcher les secours d'accéder au feu, Liam ne veut qu'une chose : mettre à jour la vérité qui se cache derrière les fumées de ces incendies. Le roman reste sombre dans sa tonalité, même si la narration permet, sous couvert de cynisme, de faire passer un peu d'humour à travers certains détails sur les corruption généralisée qui gangrènent la ville, les amours contrariées ou trahies, la police complètement obtuse, et un personnage obligé de se cacher pour échapper aux tueurs et qui ne trouve la solution qu'en faisant jouer les différentes factions hostiles de la mafia. Le tout constitue une histoire policière de facture et de traitement classique, racontée de manière lisible et plaisante, qui augure de la suite. Un premier roman prometteur. Espérons que son auteur ne fasse pas vite feu de tout bois...

Citation

Dorcas disait que je ne la trouvais pas attirante et que je devais voir d'autres femmes, et je lui disais qu'elle se trompait. Jusqu'à ce qu'elle ne se trompe plus.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 01 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page