Nord

Sous son déguisement de taiseux tissé pour tenir à distance les importuns, le quadragénaire est un grand bavard. Par les cirques, les crêtes et les moraines, en toute saison et par tous les temps, il cause, mais en dedans. Il adresse des messages silencieux à la montagne. Elle lui répond avec le seul langage qu'elle connaisse. Fleurs, torrents, bêtes, nuages, rocs et brumes, voilà son vocabulaire, et la patience, sa grammaire.
Éléna Piacentini - Comme de longs échos
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 juillet

Contenu

Roman - Noir

Nord

Disparition MAJ mercredi 16 octobre 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,7 €

Frederick Busch
North - 2005
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Stéphanie Levet
Paris : Folio, septembre 2013
392 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-044889-0
Coll. "Policier", 703

Attendre la mort qui ne vient pas

Julien Gracq ou Dino Buzzatti nous avait habitués à des horizons d'attente, à cette dilatation du temps, l'équivalent littéraire de notre front posé sur la vitre et notre regard qui se perd en regardant la pluie qui tombe. Dans l'univers du polar, ce genre d'exercice est plus difficile car, par définition, il faut qu'il y ait un minimum d'actions. Frederick Busch y parvient à travers Nord, ce roman dense et prenant dans son inaction même.
Des années plus tôt, alors qu'il était membre de la police militaire, Jack avait enquêté sur la disparition d'une enfant. S'il a trouvé le coupable, il n'a jamais pu mettre la main sur la victime. De façon symptomatique, il a entamé une liaison sans issue avec la femme d'un coéquipier, hanté qu'il est par la disparition de sa femme et de sa fille, incapable de retrouver des relations normales avec les gens. Cela pourrait déjà sembler une longue action, mais de fait, lorsque débute le roman, tout ceci est du passé et va expliquer la lente maturation du personnage, ce long voyage vers les traces d'un passé. Car Jack est parti dans le Sud travailler comme agent de sécurité dans un centre balnéaire, et y a rencontré une avocate new-yorkaise qui s'inquiète pour son neveu caché dans le Nord et qui ne donne plus aucun signe de vie. Alors, Jack a accepté de remonter vers ces terres qu'il connaît si bien dans l'État de New York, mais qui abritent de nombreux fantômes...
Nord va se contenter, grâce à une écriture hypnotique, de tourner autour de Jack, de dessiner les paysages, de regarder les êtres qui sans se parler se débattent dans leurs contradictions, les souvenirs et les remords : comment faire pour Jack qui retrouve sa maîtresse auprès de son ami mourant, par exemple ? L'ombre de sa femme et de sa fille continuent de planeer sur les champs et les bois. Les terrains sont-ils des lieux pour faire pousser des graines ou pour enterrer des cadavres ? On prend le risque d'oublier le neveu qui est peut-être mort, et l'on se laisse entraîner dans cette longue valse autour de la nostalgie, des vies qui auraient pu se refermer, des douleurs qui ne le sauront jamais, des taiseux qui boivent un café en regardant le monde souffrir, derrière leur fenêtre, désespérés eux aussi.

Citation

Très souvent, on coince ceux qui se croient à l'abri parce qu'ils sont rusés. La ruse, en général, c'est pas suffisant.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 15 octobre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page