Un swing parfait

Les chiens avaient beau être calmés, j'ai quand même décidé de ne prendre aucun risque. Sortant de ma poche les deux somnifères [...] j'ai retroussé les babines de chaque clébard et leur ai filé chacun un cacheton. Bonne nuit, les petits.
Dan Fante - Point Dume
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 14 novembre

Contenu

Roman - Noir

Un swing parfait

Social - Énigme MAJ mercredi 07 octobre 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 12 €

Jean-Paul Nozière
Olivier Balez (illustrateur de couverture)
Paris : Syros, mars 2009
184 p. ; 21 x 14 cm
Coll. "Rat noir"

Quand Ugo rencontre Ugo

Eléna à dix ans a perdu son frère ainé. Ugo n'est pas mort, non, mais il a fugué. Il est parti de cette maison oppressante où il fallait tenir un rôle, accepter une certaine image de soi qui ne convient pas. Triste vengeance, son empreinte est inscrite à jamais dans cette maison où toute trace de joie a été soigneusement effacée, nettoyée à la javel. Six ans plus tard, appuyée à sa fenêtre, Eléna voit débarquer la charpente chaloupée d'Ugo. Et la maison retrouve son aspect joyeux. Sauf que peu à peu pour Eléna le doute s'installe. Ugo prend de plus en plus de place. Il la regarde étrangement. Faut dire qu'à seize ans, Eléna est capable de faire tourner les têtes. Quand elle tombe amoureuse du fils du gardien du lotissement, elle croit pouvoir s'évader. Et pourtant Ugo se retrouve toujours sur son chemin. S'ensuit alors pour la jeune fille une lente remontée aux sources de l'enfance. Elle tend piège sur piège à celui qui, elle en est maintenant sûre, n'est pas son frère.
Jean-Paul Nozière a tout d'abord créé un cocon familial pour mieux le détruire, le dénaturer, le déstructurer. Avant de le remonter. Pour mieux recommencer. Un swing parfait nous plonge dans un monde névrosé, obsessif à souhaits. Il est ici question de la rencontre entre deux adolescents que deux mondes séparent. L'un est envieux. L'autre non. L'un est violent. L'autre non. Le tout débouche forcément sur une tragédie. L'envieux va prendre la place de son non alter ego. Il va alors jouer à être ce que le véritable Ugo ne voulait pas s'abaisser : un rôle pour mieux obtenir ce qu'il recherche avec force, l'argent, la reconnaissance, les femmes. Un roman noir, très noir, poignant comme jamais.

Citation

C'est Fort Boyard, ici ! Vous avez peur de quoi ? De Ben Laden ou des pauvres ? Mais les pauvres, ils doivent bosser pour casser leur croûte et votre putain de barrière nous fait prendre du temps.

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 16 mai 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page