Un corbeau au 36

Tant qu'il y aura des poireaux pour faire des embrouilles à d'autres poireaux, on aura besoin de privés pour défricher les plantations.
Antoines de Caunes - C'est bon mais c'est chaud
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 15 octobre

Contenu

Roman - Policier

Un corbeau au 36

Assassinat - Procédure MAJ jeudi 05 septembre 2013

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,95 €

Aurélie Benattar
Paris : Nouveaux auteurs, mai 2013
364 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8195-0323-1
Coll. "Policier"

Télé pris qui croyait prendre

Il serait bien vain de critiquer un éditeur qui a pour vocation de publier de nouveaux auteurs, loin de la frilosité des maisons d'édition instituées, mais le cas présent nous plonge dans la plus grande perplexité : en principe, on devrait récompenser la nouveauté, la fraîcheur, la personnalité... Et là, on dirait que c'est tout le contraire qui fut récompensé, tant l'ensemble ressemble à un scénario pour téléfilm du samedi soir qu'on oublie au mieux dès le générique terminé. Ainsi, le 36, quai des Orfèvres est en ébullition : on a assassiné une femme dans les toilettes d'une pizzeria de façon particulièrement audacieuse. Parallèlement, d'étranges messages atterrissent sur le bureau du commissaire Stéphane Fontaine, un de ces flics jeunes, durs et sensibles à la fois mais Détenteurs d'Un Lourd Secret™, qui peuplent les dramatiques du samedi soir. Des post-it douloureusement explicites accusent un des policiers du Quai d'avoir commis un viol... Lorsque la presse, forcément férocement anti-flic, a vent de l'histoire, la pression monte... Et plus encore lorsqu'un policier vedette du basket est assassiné. C'est à ce moment qu'on lui adjoint une graphologue maladroite qui trouve d'étranges disparités dans l'écriture des messages.
Deux intrigues qui n'en sont pas une car le meurtre initial, qui pourrait être excisé du récit, est vite résolu avec une surprenante désinvolture. Quant à l'autre enquête, elle se clôt sur une histoire dûment complexe, mais néanmoins satisfaisante. Le tout avec et une langue lisse et sans aspérités, à faire passer James Patterson pour un amoureux de l'effet de style, digne d'un premier de la classe de ces cours de creative writing où l'on apprend surtout comment vendre son produit. Ce n'est pas mauvais, mais on voit mal comment justifier les deux heures passées à lire ce roman. À en voir les linéaires, il faut croire qu'il y a un public pour ce genre de texte, public gavé de séries TV ayant perfectionné l'art de vendre toujours la même soupe sous un emballage différent à un consommateur offrant avidement son temps de cerveau disponible, un sourire crispé aux lèvres, transi d'effroi à l'idée de ne pas faire Comme Tout Le Monde. On imagine que le stade suivant sera la coupure publicitaire dans les livres… Quant à l'auteur, une fois passé l'écueil du premier roman, peut-être insufflera-t-elle un poil de personnalité dans son œuvre ?

Citation

Il avait étudié les différentes étapes du deuil et les avait également constatées sur le terrain. Le choc provoqué par l'annonce de la mort d'un proche revêtait plusieurs visages, tels les masques de monstres vendus dans les magasins de farces et attrapes.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 05 septembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page