Les Anges perdus

Les Méchants à cent pour cent sont rares, sans doute parce qu'une fois adulte, deux scélérats risquent plus de s'étriper que de se marier et d'avoir beaucoup d'enfants.
Stephanie S. Sanders - L'École des mauvais méchants. 1, Complot
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Policier

Les Anges perdus

Disparition - Procédure MAJ jeudi 29 août 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 11 €

Jonathan Kellerman
True Detectives - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Frédéric Grellier
Paris : Pointsdeux, novembre 2011
706 p. ; 12 x 9 cm
ISBN 978-2-36394-040-7
Coll. "Pointsdeux"

Deux flics à Los Angeles

Rien de tel que de se baser sur des archétypes pour être sûr de viser juste. Dans une opposition classique, Les Anges perdus propose, avec Moses Reed et Aaron Fox, deux enquêteurs, un noir, un blanc, un plus jugulaire-jugulaire, l'autre plus échevelé, l'un lié aux services de police, l'autre travaillant comme privé. Deux conceptions du travail d'enquêteur et de la vie complètement différentes qui devront trouver un mode opératoire commun car ces deux hommes vont être évidemment amenés à travailler sur une même disparition d'une étudiante. Jonathan Kellerman complique son récit en leur accordant un étrange lien filial, histoire sûrement de renforcer leur antagonisme : ils sont demi-frères nés d'une mère qui a épousé deux coéquipiers de la police, l'un après la mort de l'autre. De fait, l'intrigue se révèle elle-même étrange : à la fois simple et complexe. Simple parce que très vite les soupçons se portent sur les bons coupables et tout le travail va consister à être sûrs que ce sont bien eux qu'il faut arrêter et avec suffisamment de preuves. Complexe, parce que la disparition d'une jeune femme les oblige à travailler sur une autre disparition et que la résolution de l'une passe par celle l'autre. Le récit se construit de manière efficace car le lecteur oscille d'une enquête à l'autre, observe de loin les dépravations des milieux culturels (cinéma et hard rock) de Los Angeles, et découvre les problèmes de cohabitation des deux frères. Jonathan Kellerman se permet même une scène où il fait intervenir Delaware et Sturgis, ses deux héros récurrents, dans ce qui pourrait être le début d'une nouvelle série - car il y a des non-dits dans la mort du père policier au début qui laisse entrevoir des possibilités. Écriture efficace, roman bien construit, personnages dressés d'un coup de clavier, Les Anges perdus n'a pas pour vocation de révolutionner le genre, mais il s'avère une bonne variation d'un auteur qui rarement surprend, et rarement déçoit.

Citation

Filez-moi un stylo et du papier, dit Raymond Wohr, je vais vous pondre une tout autre version. Quand les inspecteurs acceptèrent, le nigaud fondit en larmes.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 28 août 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page