L'Orchestre du Titanic

Un enquêteur se devait de découvrir la culpabilité cachée derrière l'innocence.
Tom Rob Smith - Enfant 44
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 septembre

Contenu

Roman - Thriller

L'Orchestre du Titanic

Psychologique - Assassinat MAJ vendredi 16 août 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Alessandro Perissinotto
L'Orchestra del Titanic - 2008
Traduit de l'italien par Patrick Vighetti
Paris : Odile Jacob, mai 2013
272 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7381-2918-5
Coll. "Thriller"

Les pieds dans l'eau et les mains dans le sang

Les vacances sont faites pour décompresser, pour penser à autre chose, et pour vivre un peu de calme et de bonheur. C'est sans doute pour gâcher nos vacances que Alessandro Perissinotto a écrit ce roman où les vacances sont les plus glauque qui soient, sous couvert de soleil, de baignades et de farniente. Pourtant tout partait bien avec cet Orchestre du Titanic, dont le titre même aurait dû nous mettre la puce à l'oreille. Sous la chaleur de la Tunisie, à l'abri de l'une plage, se dresse une sorte de club Med où les animateurs se plient en quatre pour réaliser vos rêves - y compris certaines prouesses sexuelles que les maris ne sont plus en capacité de faire. Pour certains lecteurs, la notion même de Club Med est synonyme de cauchemar, mais là, sous la plume du romancier italien tout vire au cauchemar. La découverte de la voile et de la régate est l'occasion pour un assassin de se faire un alibi ; l'homme qui vous rejoint dans votre chambre filme vos ébats pour réaliser des films pornos qu'il vend sur Internet ; et une promenade dans le désert - outre les risques d'ensablement et de kidnappings qu'elle propose - ne peut mener qu'aux portes de la dangereuse Lybie.
C'est à cet univers et à ces péripéties que va être confrontée Anna Pavesi. Jeune femme psychologue en Italie, elle est appelée par une amie de sa mère car Aurora, sa fille, partie en vacances, est accusée d'avoir tué un gentil animateur. Anna Pavesi se rend donc sur place, et dans la douceur émolliente d'un camp fait uniquement pour le repos et se débarrasser des soucis du quotidien (symbolisé par une directrice qui réussit à faire comme s'il n'y avait pas eu crime et si une de ses clientes n'était pas en prison) doit composer pour découvrir si vraiment Aurora est coupable. Sa personnalité bipolaire, le laisse envisager...
Le récit se déroule donc entre les activités de cette détective psychologue avec son compagnon singeant les touristes, les déplacements en prison pour voir Aurora, et son enquête pour éclairer les zones d'ombre dues sans aucun doute au soleil omniprésent. Sans en dévoiler le sel, le final montre encore plus la noirceur des êtres et les manipulations extrêmes dont sont capables certains sans se rendre compte qu'ils sont aussi pervers que ceux qu'ils combattent. C'est cet aspect qui rend intéressant un roman à la lenteur appuyée propre aux vacances.

Citation

Je sais ce que veut dire être trompée, et j'imagine quels ravages une telle humiliation pouvait provoquer chez une femme dépressive.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 15 août 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page