Le Chant du diable

L'avant-bras avait été planté à l'arrière de l'église, dans le parterre de pensées jaunes du monument aux morts. Un modus operandi rappelant celui du membre retrouvé à Saint-Martin-de-Boscherville, trois jours plus tôt. Un avant-bras plus court que les précédents, à la paume positionnée dos à la nef et aux attaches si fines qu'il y avait peu de doutes sur le sexe de la victime.
Patrick Morel - Les Bras en croix
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Le Chant du diable

Tueur en série - Scientifique MAJ samedi 29 juin 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Frédérick Rapilly
Rennes : Critic, novembre 2013
236 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 979-10-90648-00-5
Coll. "Thriller"

Cri du mort

Comment renouveler le genre du tueur en série ? Il semblait bien que le tour du problème avait été fait... c'est à cette question, entre autres, que Frédérick Rapilly s'est frotté. Il a choisi une des voies de la modernité : modernité simple avec l'utilisation par le tueur de la musique techno (souvenir des activités premières de l'auteur). Frédérick Rapilly s'inscrit définitivement dans le monde moderne. Face à l'amateurisme du tueur en série qui bricole dans son coin, de manière artisanale, avec parfois un ouvrier compagnon, et encore plus parfois un copycat qui s'inspire de lui pour perpétrer ses crimes propres, il va décrire un monde mondialisé où le "meilleur" tueur est engagé par une multinationale du crime pour réaliser des snuff movies. Travail industriel où la prostitution et la mise au pas des jeunes femmes indociles permet une matière première peu chère. Travail délocalisé dans un pays asiatique à faible coût et où l'on peut jouer plus facilement avec les lois, en soudoyant les bonnes personnes.

L'auteur met en œuvre d'autres aspects du monde moderne à l'instar de l'art warholien et des protocoles qui poussent le tueur en série à former ses disciples selon un cadre très précis. C'est ainsi qu'il privilégie les technologies modernes avec l'utilisation d'Internet comme mode de diffusion, car aujourd'hui il s'agit plus de faire savoir que de faire réellement, et qu'il donne un cadre strict à la recherche de victimes avec les "drogues du violeur", les rave parties et les "vacances festives" en Espagne. Dans Le Chant du diable, qui fait suite au Chant des âmes , Frédérick Rapilly fait tourner son intrigue entre deux personnages : Katie Jeckson, photographe de son état, enquête en Europe pour comprendre qui se cachent derrière les nouveaux crimes, quant à Marc Torkan, il enquête en Asie tout en essayant de retrouver sa fiancée qui a disparu avec un tueur en série à la fin du roman précédant (il y a quand même une chronologie qui se respecte même si l'on n'est pas obligé de lire Le Chant des âmes avant d'entamer Le Chant du diable). Comme de bien entendu, les deux enquêtes vont finir par se croiser...

Rythmé par les Rolling Stones, le texte allie efficacement des aventures trépidantes et une réflexion sur la façon dont évolue le monde, y compris dans ses techniques criminelles. Ces descriptions, associées à quelques surprises intelligentes, donne un relief à l'écriture efficace et sobre de ce thriller de Frédérick Rapilly.

Citation

L'inconnue serrait entre ses mains une tête. Décollée avec soin. Celle d'une autre femme qui avait du être belle.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 29 juin 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page