Une brève Histoire du Roman Noir

Je vous signale, Rigby, que nous sommes en présence d'un crime...- S'est peut-être suicidé, l'ancêtre !- De mieux en mieux... Et comment aurait fait ce brave monsieur pour actionner ses roues avec les poignets enserrés sur les accoudoirs ?- On l'a peut-être aidé à se suicider...- D'accord, mais en Angleterre ce genre de projet s'appelle un assassinat.
Erik Ornakin - Et si les Beatles n'étaient jamais allés sur la Lune ?
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 23 septembre

Contenu

Essai - Noir

Une brève Histoire du Roman Noir

MAJ mercredi 06 mai 2009

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,9 €

Jean-Bernard Pouy
Avec la collaboration de Stéphanie Delestré
Paris : L'Œil neuf, février 2009
130 p. ; 20 x 11 cm
ISBN 978-2-915543-25-4
Coll. "Une brève histoire"

Les 1001 livres noirs qu'il faut avoir lus dans sa vie

Avec sa plume habituelle, Jean d'Ormesson, oups !, Jean-Bernard Pouy écrit son autre histoire de la littérature noire. En quelques 120 pages, il parcourt avec nous sa bibliothèque de romans noirs. D'abord de manière ordonnée, chronologique puis vire à l'énumération avec un classement un tantinet chaotique. Au début, toutes proportions gardées et méchanceté de JBP aux oubliettes, on est pris au piège comme on peut l'être à la lecture du Journal des frères Goncourt. On a envie de hurler notre haine et notre inculture. De dire à JBP qu'en cette période de crise si nous sommes amoureux des livres on va être obligé de nous précipiter vers la première bibliothèque venue pour déguster toute cette littérature qu'il nous propose. Et craindre de ne pas la trouver. Plein d'allant au moment d'empoigner la bête (comme il titre son premier chapitre), JBP nous parle avec passion, talent, précision de Camus, de Hammett, d'Hemingway, de Chandler, de Cain. Il y a de quoi apprécier. D'autant que quand il maitrise son sujet, qu'il vulgarise et explique pourquoi il faut lire Goodis, tout en parsemant son texte d'anectodes, JBP envoûte, fascine, détonne. De quoi haïr l'auteur au moment d'escalader notre tour de Babel à nous. De voir qu'on n'a rien lu en ayant lu toute notre vie. La mayonnaise est là. Malheureusement, par la suite, JBP collecte, un peu de façon désordonnée. Tente de cimenter avec son phrasé qu'on aime lire, cette désinvolture au moment de nous asséner "une version 'pouêt-pouêt polar' comme on en a lu bien souvent". Échoue quand il parle d'auteurs qu'il ne connaît que trop peu ou qui n'ont pas encore cet impact que seul le temps peut avoir sur la littérature. Réussit quand il parle d'auteurs qui l'ont très certainement accompagné dans sa vie de lecteur impénitent et qui, eux, marquent déjà cette histoire de la littérature. S'excuse du peu d'auteurs féminins. S'amuse des différentes castes. Se fait plaisir. Évidemment peut être taxé de condescendance quand il parle de ces amis auteurs de noir qu'il côtoie dans la vie de tous les jours (ne pas en parler peut froisser l'écrivain en question, en parler peut semer le doute, interpeller le lecteur averti : cruelle équation). Et, surtout, Jean-Bernard Pouy nous rappelle que dans littérature noire il y a avant tout littérature. Un précis certes imprécis mais qui donne simplement envie de lire. En ces jours sombres, ça peut toujours nous éclairer !


On en parle : La Vache qui lit n°100 |La Tête en noir n°141 |La Tête en noir n°137

Citation

Dorénavant, peu d'espaces de notre vie contemporaine sont oubliés par le roman noir. Il est devenu, peu à peu, l'un des petits bouts sombres de la lorgnette par laquelle des écrivains observent notre monde et en dressent une poignante ethnographie de première importance.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 05 mai 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page