Permis de chasse

J'ajouterais que sa passion pour Kurt Cobain n'est pas anodine.
Marie Vindy - Nirvana transfert
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 23 septembre

Contenu

Roman - Noir

Permis de chasse

Assassinat - Infiltration MAJ vendredi 28 juin 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 9,65 €

Elmore Leonard
Split Images - 1982
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Élie Robert-Nicoud
Paris : Rivages, mai 2013
332 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2539-9
Coll. "Noir", 917

Snif movie

Elmore Leonard est un romancier qui a de l'expérience, et qui aime embarquer ses lecteurs sur de fausses pistes. Il ne se gêne pas dans ce roman pour multiplier les effets stylistiques, développer des sous-intrigues foutraques qui viennent de plein fouet s'encastrer dans une intrigue noire, bien plus noire qu'il y parait au premier abord. Le tout avec cette insouciance qui fait que longtemps l'on se demande si le talent ne suffit pas à écrire un bon roman. Tout débute dans une salle d'audience d'un tribunal chargé de juger si Walter Kouza, un policier, a outrepassé ses droits. Quand Bryan, flic de Detroit, vient à la barre, la journaliste Angela Nolan n'a d'yeux que pour lui. Le ton badin est lancé, s'ensuit une cour effrénée qui accouchera d'une jolie histoire d'amour, mais Permis de chasse n'est pas un "romantic suspense" alors laissons nos tourtereaux pour nous focaliser sur la rencontre entre Walter Kouza et Robbie Daniels, un milliardaire désœuvré de Palm Beach, grand amateur et collectionneur d'armes à feu qui rêve d'abattre un homme en toute impunité. Engagé comme garde du corps, Kouza va dans les faits surveiller un homme, gigolo et dealer, que Daniels considère comme la lie de la société, un homme qu'il peut donc - voire qu'il doit - éliminer pour le bien de la société. Après avoir fait ses gammes sur un voiturier, il ourdit son plan. Et son plan nécessite que Kouza en plus d'une filature qui le désole et lui donne la trique (le gigolo a une jolie amie qui aime bien se balader nue entre la piscine et la chaise longue) filme le meurtre planifié idéalement. Dans le même temps, le rapprochement entre Daniels et Kouza ne manque pas d'inquiéter Bryan et Angela. Le premier a son instinct de flic pour l'alarmer, quant à la seconde, elle a longuement interviewé le milliardaire pour comprendre qu'il est fou. Elmore Leonard multiplie les chapitres et alterne les récits. Il fait évoluer ses personnages dans une Amérique dorée et poisseuse, qui se cache derrière les vieilles Cadillac rutilantes une arme au poing (l'on s'étonne après ça que l'Amérique s'auto-mutile de l'intérieur avec des fous armés). Le ton est léger, la mort qu'une image, et puis Daniels se met en branle et son plan sans accroc se révèle en avoir un de taille en la personne d'Angela. C'est le moment choisi par l'auteur pour nous plonger dans une autre dimension, noire et destructrice. Mais ça, on pouvait s'en douter au vu de l'œuvre du grand romancier.

Citation

Il rationalise. Mais quand on démarre sur de la merde, on arrive à de la merde.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 23 juin 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page