Une femme dangereuse

Ils n'avaient pas le droit d'aller au lac. Personne n'en avait le droit. Pendant les sorties scolaires, les expéditions de scouts, ou les cours de science, on avait la permission de le regarder, de loin, derrière les grillages orange.
Megan Abbott - Fièvre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 15 novembre

Contenu

Roman - Noir

Une femme dangereuse

Terrorisme - Corruption - Gang MAJ lundi 24 juin 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 22,9 €

Martina Cole
Dangerous Lady - 1992
Traduit de l'anglais par Stéphane Carn
Paris : Fayard, mai 2013
606 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-213-63675-7
Coll. "Noir"

Femme amoureuse, femme dangereuse

Auparavant, les choses étaient simples : il y avait les documentaires et la fiction, et puis est arrivé Truman Capote. Dans les documentaires, l'auteur décrivait une situation réelle, ancrée dans une période historique - l'Angleterre des années 1940-1950 encore en ruines, avec une population pauvre qui ne sait comment s'en sortir, si ce n'est par des petits trafics. Puis ce sont les années 1960-1970, le retour à la prospérité et à la spéculation immobilière en même temps que l'explosion du trafic de drogue. Pour Londres, c'est principalement la lutte pour contrôler les anciens docks devenus des taudis. C'est aussi le "problème" de l'IRA, des scandales sexuels révélés par les tabloïds et les liens étroits qui se dessinent entre l'aristocratie et ses privilèges, la haute bourgeoisie affairiste et le milieu, le tout sous l'œil d'une police qui est, soit aux ordres soit corrompue.
Dans la fiction, ce pourrait être la montée d'un gang criminel qui veut prendre le contrôle de Londres. Mickey un adolescent truand commence ainsi sa carrière, avec son père alcoolique en allant fouiller les ruines des maisons bombardées pour détrousser les morts. Cela continue avec l'engagement de ses frères, puis de sa sœur, pour constituer un empire qui sait prendre soin de son petit personnel tout en réglant ses comptes de façon violente, obligé de composer avec les terroristes irlandais pour leur fournir planques et armes.
Aujourd'hui, la mode est au docu-fiction, mélange des deux genres pour recréer une période tout en essayant de captiver le lecteur. C'est le cas avec Une femme dangereuse qui mixe avec bonheur les éléments sentimentaux, les histoires criminelles et le cadre historique, le tout sur une intrigue très classique : les débuts du gang, son apogée lorsqu'il commence à développer des affaires "honnêtes", c'est-à-dire en gérant la spéculation légale sur les devises, sur l'immobilier, sur les projets gouvernementaux, en accueillant les hautes personnalités du monde politique et des médias dans ses boites de nuit jusqu'à la chute lorsque des tiraillements internes poussent certains à la délation.
Deux points ressortent de manière impressionnante de l'imposant roman de Martina Cole : l'atmosphère généralisée de corruption qui se retrouve à tous niveaux, et le récit, centré autour de Maura, la seule fille du clan, prise entre l'amour-haine de sa mère, son propre amour de jeunesse pour le dernier policier honnête de la ville et sa "carrière" criminelle et amoureuse avec un vieux lord anglais libidineux et criminel de haut vol.
Une histoire classique somme toute, sur des ressorts habituels axés sur les sentiments, pour une honnête réédition du premier roman d'une adepte du "romantic suspense".

Citation

Pourquoi personne ne les poursuit, tous ces criminels au-dessus de tout soupçon, influents et pleins aux as ?

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 23 juin 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page