Le Jugement dernier... : l'énigme du Codex Lucis

Je vous demanderai de miser haut. C'est tellement plus intéressant quand il y a des risques.
Thomas Szczepanski - The Hunt
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Le Jugement dernier... : l'énigme du Codex Lucis

Anticipation - Terrorisme - Complot MAJ jeudi 06 juin 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Stéphane Haument
Paris : J éditions, mai 2013
24 x 16 cm
ISBN 979-10-90278-40-0

Retour de la fin du monde

Dans les années 2040 les choses n'ont pas trop changé. Les rivalités entre États continuent et l'Onu s'est effondrée, remplacée par une Assemblée de Gouvernance Globale. Qui est le représentant des États-Unis à cette organisation ? Un certain Dan Brownie, ce qui place le roman de Stéphane Haumant sous la double symbolique de l'auteur du Da Vinci Code et de l'influence des gâteaux du même type.

Sous couvert d'enquêtes, les personnages vont découvrir que le monde évolue, en sous-main, à cause de l'influence que se livrent deux groupes d'hommes depuis de longs siècles. Il y a d'un côté les Cathares, ou nihilistes, qui veulent expurger la terre de l'humanité, qu'ils considèrent comme un véritable cancer. Pour ce faire, ils ont lancé la peste noire, provoqué la Révolution française er russe. L'un de leurs plus célèbres homme de paille a été JFK qui tenta dans les années 1960 de déclencher une nouvelle guerre mondiale. Il faut imaginer JFK en Cathare refusant les plaisirs de la chair ! De l'autre côté, les francs-maçons, honnêtes et droits, qui n'hésitent pas à recourir au meurtre et à l'assassinat politique. C'est là qu'il faut imaginer J. Edgar Hoover en gentil garçon qui fait abattre JFK pour sauver le monde...
En 2040, il est donc temps d'essayer de replonger l'Humanité dans le chaos avant qu'elle n'essaime la gangrène humaine à travers l'univers. Les cathares ont à leur disposition une arme ultime, une bombe super-atomique miniature qu'ils font exploser dans les grandes villes du bombe, réveillant les démons nationalistes des différents États. Un agent du FBI et un journaliste français vont essayer de retrouver ceux qui se cachent derrière ces attentats et ainsi mettre à jour cette lutte ancestrale.

Comme dans les brownies, il y a dans ce roman beaucoup de pâtes et quelques miettes de chocolat : quelques idées intéressantes, quelques scènes fortes et, notamment, un final qui change des habitudes au milieu de moments plus convenus. L'art du suspense, souvent se résume au feuilletonesque, avec une fin de chapitre où le héros découvre quelque chose qui lui hérisse les cheveux ou lui fait comprendre une certaine vérité et le chapitre suivant qui démarre sur un autre personnage et un autre lieu. Les personnages, même les principaux, sont juste esquissés au profit d'actions rapides (comme dans le Da Vinci Code où les soutanes peuvent servir de parachute) et de quelques incohérences, la plus énorme concernant le livre sacré des Cathares, imprimé mais à un seul exemplaire, auquels les chefs se réfèrent sans pour autant le conserver dans leur refuge secret censé être inexpugnable, préférant le laisser dans un coffre aux États-Unis...
Si Le Jugement dernier se laisse lire, comme on regarde un épisode de Benjamin Gates ou une adaptation de Tintin, c'est grâce au rythme échevelé, à la rapidité des actions qui suspend le jugement raisonné. Un bon livre, pour la plage, pour des vacances, pour un moment de détente, pour être le thriller d'une grande chaine de télévision pendant l'été. Ce n'est déjà pas si mal.

Citation

La fin du monde était un jour comme les autres. Un dimanche. Le jour du Seigneur. Mais Donatien et Héloïse Chantôme ne croyaient pas en Dieu.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 21 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page