La Gloire du cirque

Il prit son temps pour traverser la salle dans sa largeur. Le moment le plus délicat de tout contre-interrogatoire consiste à bien poser la première question, mais DiPaulo avait beau se préparer longuement, cette question lui venait toujours à la dernière seconde.
Robert Rotenberg - L'Enfant témoin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 décembre

Contenu

DVD - Western

La Gloire du cirque

Ethnologique - Artistique MAJ mercredi 22 mai 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 10 €

George Stevens
Annie Oakley - 1935
Serge Bromberg (présentation)
Paris : Montparnasse, septembre 2007
1 DVD VOST-VF Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "RKO", 88

Duel amoureux

Un western qui nous emmène en Europe : voilà qui n'est pas courant. C'est pourtant le cas de Cette gloire du cirque, biographie romancée de Annie Oakley, qui chassait les cailles et les abattait d'un coup de fusil précis dans la tête avant de devenir star du "Wild West Show" du colonel Bill Cody - autrement dit Buffalo Bill, et d'entamer un tour des grandes capitales d'Europe : Paris, Londres, Vienne, Berlin (où d'un coup de fusil, elle coupe la cigarette du Konprinz, le futur Kaiser Guillaume). Annie Oakley, c'est Barbara Stanwyck, égérie de Frank Capra, star des années 1930-1950, onzième meilleure actrice de légende selon l'American Film Institute (qui aime beaucoup les classements). Et dans ce film, elle a autant de talent entre les mains que l'œil vif et acéré au moment d'un premier duel à winchesters tirées avec Toby Walker (Preston Foster), meilleur tireur sur cible américain. La rencontre aboutira à une romance après bien des péripéties dans un film qui met à l'honneur étrangement Buffalo Bill et Sitting Bull, acteurs du "Wild West Show" dans une Amérique en mutation, encore raciste, qui a du mal à se départir de l'idée de l'infériorité des Noirs, prompte à décrire le gentil Indien sauvage face au progrès technologique. Mais la direction très honnête de George Stevens qui mêle comédie et romance, réalisateur insatiable de westerns, alliée à la musique de Max Steiner (entre autres), font de ce film un bon divertissement aux très nombreux coups de feu échangés sans même une victime, scènes de rodéo, d'attaque de diligence, de parades à cheval, avec happy end... À noter l'interprétation de Sitting Bull par le chef Indien Thinderbird (qui nous offre une filature en pleine nuit et en pleine ville orné de sa coiffe, et une rencontre avec deux poivrots).

La Gloire du cirque (90 min.) : réalisé par George Stevens sur un scénario de Joel Sayre & John Twist. Avec Barbara Stanwick, Preston Foster, Melvyn Douglas, Moroni Olsen, Pert Kelton, andy Clyde, Chef Thunderbird...
Bonus. Présentation de Serge Bromberg.

Citation

Le fusil de Buffalo Bill aboya. Un Peau-rouge mordit la poussière. Vif comme l'éclair, Bill sauva une ravissante fillette, la dernière survivante du tragique convoi. Il éperonna son pur-sang et cribla de plombe le rang des barbares. Mais les Peau-rouges, avec des cris affreux, continuaient à le poursuivre. Les colons ne pouvaient savoir que cette primevère sauvées in extremis, allait devenir la fine fleur des femmes, Annie Oakley.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 19 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page