La Tragédie d'Arthur

Je ne voulais pas mourir d'une balle dans le cerveau. Mon cerveau et moi, nous avions trop souvent bossé ensemble.
François Darnaudet - L'Homme qui valait des milliards : le hacker de Bordeaux
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 juillet

Contenu

Roman - Thriller

La Tragédie d'Arthur

Enquête littéraire MAJ mercredi 29 mai 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Arthur Phillips
The Tragedy of Arthur - 2011
William Shakespeare (sujet d'ouvrage)
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Bernard Hoepffner
Paris : Le Cherche midi, février 2013
616 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7491-2354-7
Coll. "Thriller"

Être ou ne pas être vrai

Shakespeare, encore plus que Molière pour nous Français, est une véritable institution nationale pour les Anglais. Aussi chaque information supplémentaire, chaque travail universitaire le concernant, est-il toujours accueilli avec sollicitude et attention par la communauté qui s'intéresse à la culture théâtrale et dramatique. Le romancier Arthur Phillips propose une trame où il est difficile de distinguer le vrai du faux, à l'instar de son protagoniste principal, double homonyme de l'écrivain, dont on ne sait que penser d'autant plus qu'il propose une pièce inconnue du grand Shakespeare, La Tragédie d'Arthur (le Roi Arthur, pas Arthur Phillips !). Surtout que cette pièce inédite de cent trente pages nous est proposée en toute fin de roman avec son lot de notes de bas de page. Le roman est censé expliquer comment le père d'Arthur Phillips a découvert cette pièce. C'est en fait un prétexte (et un pré-texte) pour évoquer toute la vie d'Arthur Phillips et surtout semer les graines du doute. Son père était un escroc et un faussaire notoire doublé d'un excentrique qui avait débuté sa carrière comme peintre faussaire. Aurait-il également créé de toutes pièces cette tragédie ? Des indices poussent en ce sens tandis que d'autres laissent envisager que c'est un véritable inédit. Des problèmes subsistent : comment cette pièce est-elle apparue ? D'où vient-elle ? Pourquoi est-elle révélée par un jeune auteur, lui-même prénommé d'Arthur ?

Il faut sans doute être un adepte des pièces de Shakespeare pour discerner le vrai du faux, mais en tout cas l'ensemble de la pièce donnée (notes de bas de page incluses) est de qualité trompeuse. Auparavant, il faut lire un récit littéraire sur la vie d'un auteur, ses doutes, ses relations familiales (quasi incestueuses avec sa sœur), le travail éditorial et de recherche pour établir la réalité d'un texte. Du coup, la création de l'escroquerie (ou peut-être pas d'ailleurs si vous avez l'esprit tordu) se devine en creux au sein des péripéties de la vie de l'auteur qui se met en abyme pour une création littéraire intelligente et sensible dans la veine actuelle des enquêtes littéraires. Il faut dire que les écrits de Shakespeare suscitent bien des théories. À commencer par qui se cache réellement derrière ce nom de plume. Le film du réalisateur Roland Emmerich, Anonymous évoque l'hypothèse qu'il s'agit de fait du comte Edouard de Vere, proche de la Reine, d'après une théorie explicitée par John Thomas Looney... Les théories et autres complots n'ont pas fini... d'expirer...

Citation

Cette certitude béate de l'œil de la science moderne qui voit tout, cette conviction qu'il n'y aura plus jamais d'ingénuité humaine à l'avenir ; cela me donne foi en la fausseté du rapport scientifique par ailleurs désorientant.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 17 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page