The Bat

Il est responsable de la mort de ma fille, rétorqua-t-elle d'une voix haineuse. A cause de lui, elle a cru avoir trahi notre cause sacrée.
Paul Christopher - La Légende des Templiers. 4, La Conspiration
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 23 septembre

Contenu

DVD - Noir

The Bat

Huis-clos MAJ jeudi 16 mai 2013

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 12,95 €

Roland West
The Bat - 1926
Besançon : Hantik Films, septembre 2012
1 DVD VOST-VF Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "The Scare-ific Collection"

Opposé de Batman

Une chauve-souris sème la terreur sur une ville et commet en toute impunité crime crapuleux sur crime crapuleux. Mais l'homme qui a revêtu ce costume saugrenu de chauve-souris (quelle idée pour commettre des larcins que cet habit d'ombre qui en 1926 avait peut-être quelque chose d'un peu inquiétant malgré le côté comédie assumé du film, mais qui aujourd'hui prête surtout à sourire devant le ridicule de la situation ?) s'apprête à à récupérer son butin, celui qui assiéra sa suprématie légendaire sur un monde jusque-là régenté par Moriarty et ses nombreux clones. Mais pour le réalisateur Roland West, c'est aussi l'occasion de mettre en scène un huis-clos de fortune dans un manoir où les portes se dérobent, les escaliers se carapatent, les servantes s'époumonent au moindre bruit, à la première ombre, avant d'ourdir des stratagèmes qui s'avèreront opportuns. Avant tout ça, dans ce film muet, un détective, des inspecteurs et toute une panoplie d'individus divers et variés, surtout bourgeois, cherchent une pièce secrète où est entreposé le butin, et dans le même temps tentent de démasquer cette chauve-souris, pendant que cette dernière les élimine un à un (resserrant du coup l'étau autour d'elle-même) sans se faire remarquer. Les gags s'enchaînent dans un noir et blanc amoindri par les âges. Il ne faut pas s'attendre à grand-chose de spectaculaire de ce film exclusivement tourné de nuit (petit fait marquant cela dit et qui a dû bien amuser les acteurs), adaptation d'une pièce de théâtre, qui obnubila le réalisateur au point qu'il en fit plus tard une nouvelle version parlante cette fois-ci quatre ans plus tard, The Bat Whispers, hormis son début qui révèle une ville qui pourrait être Gotham City, ville de Batman, et où, dans un décor de théâtre, le spectateur devient acteur, complice au point que l'on ne s'attend pas à voir une comédie, mais un vrai et premier film noir d'un réalisateur ingénieux. Le film est d'une longueur qui confine parfois à l'insupportable, mais il peut être une heureuse découverte pour les amateurs d'un genre poussiéreux découvert dans un coffre se trouvant dans une mansarde secrète d'un vieux manoir. Un peu comme si l'on acceptait l'idée de mise en abime du manoir d'origine de The Bat. Une curiosité forcément en état d'origine, qui a surtout dû servir par la suite de source d'inspiration aux films mi-horrifiques mi-burlesque et mi-policiers.

The Bat (85 min.) : réalisé par Roland West sur un scénario de Julien Josephson et Roland West. Avec George Beranger, Charles Herzinger, Emily Fitzroy...
Bonus. Filmographie de Roland West et de William Cameron Menzies. Serial Undersea Kinggdom épisode 7 ("Le Piège du sous-marin") & 8 ("À l'intérieur de la Tour de métal") réalisé en 1936 avec Lon Chaney Jr.
Livret. Présentation du film, par Jean-Pierre Putters.

Citation

Gideon Bell, à minuit je vous dépouillerai de vos émeraudes de Favre. Je sais que vous avez prévenu la police. Mais personne ne peut arrêter la chauve-souris.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 14 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page