L'Aventurier du Rio Grande

Je n'ai plus la moindre notion du temps, ni celle de la faim ou de la douleur, j'ai juste cette force vitale qui m'anime encore, anime mes bras, mes mains.
François-Xavier Dillard - Ne dis rien à papa
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 juin

Contenu

DVD - Western

L'Aventurier du Rio Grande

Social MAJ mardi 07 mai 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 34,9 €

Robert Parrish
The Wonderful country - 1959
Bertrand Tavernier (présentation)
Patrick Brion (présentation)
Jean-Claude Missiaen (document)
Paris : Sidonis, janvier 2013
1 DVD & 1 Blu-ray VOST/VF Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm
Coll. "Western de légende"

Plus dure sera la chute

Il y a d'abord la présentation : un Blu-ray et un DVD dans le même boitier, agrémenté d'un livret de 48-pages remarquablement documenté. Ça commence bien ! Mais il y a bien plus que ça dans L'Aventurier du Rio Grande. Il y a un film plein d'audace qui renouvelle le genre, bien avant la mode du western spaghetti qui arrivera bien plus tard. Il y a Robert Mitchum, caché sous son sombrero, sale comme un pou, devenu, au fil des années, presque plus Mexicain qu'Américain. Il y a ce même Mitchum qui chute de son cheval, se casse la jambe et se retrouve coincé sur un lit dès le premier quart d'heure. Il y a ce village américain qui l'accueille avec tous ces gens aux petits soins, charmants, mais méfiants pour certains : un Américain qui vit au Mexique, c'est forcément louche, non ? Sur l'autre rive, il y a ces Mexicains qui n'ont que mépris pour les gringos et qui apparaissent à l'image bien plus chics et classes que leurs voisins du Nord. Il y a cette camaraderie qui n'a pas de couleurs (on y voit des soldats noirs américains, pas si fréquent à l'époque). Il y a cette femme d'officier (sublime Julie London) contrainte de suivre un mari qu'elle n'aime pas au gré de ses missions. C'est elle qui fait basculer le film, qui amène Robert Mitchum à revoir sa position d'homme de main d'une famille mexicaine dont il est redevable. Passant d'une rive à l'autre du Rio Grande selon les problèmes, Martin Brady s'offre une chevauchée de la rédemption ou de la redécouverte de soi. Les couleurs sont splendides, les personnages bien campés, le manichéisme absent, et Robert Mitchum est parfait en anti-héros mal rasé (et producteur avisé). Méconnu, cet Aventurier du Rio Grande serait son western préféré. Hors norme et hors catégorie, il est à ranger parmi les tout meilleurs du genre.

L'Aventurier du Rio Grande (98 min.) : réalisé par Robert Parrish. Avec : Robert Mitchum, Julie London, Gary Merrill, Pedro Armendariz, Charles McGraw, John Banner, Albert Dekker...
Bonus. Livre de 48-pages. Présentation de Patrick Brion. Présentation de Bertrand Tavernier. Documentaire sur Robert Mitchum par Jean-Claude Missiean. Bande annonce.

Citation

J'avais cru que vous étiez l'homme que j'attendais. L'homme. Le vrai. Mais vous êtes tout le contraire.

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur mercredi 01 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page