J'ai fait comme elle a dit

Ce parc privé redevint cette oasis pour privilégiés, un endroit où les habitants ne verrouillaient jamais leurs portes et laissaient même les clés de contact de leurs voitures sur le tableau de bord. Tuxedo Park possédait sa propre unité de police et les enfants pouvaient courir en toute sécurité dans les allées, d'une propriété à l'autre, sans que les parents aient à s'en préoccuper. Jusqu'à récemment, les maisons n'avaient même pas de numéro : elles étaient connues que par le nom que leur avaient donné leurs nouveaux occupants, ou par celui de la famille qui les avait fait construire.
Mary Jane Clark - Vengeance par procuration
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Thriller

J'ai fait comme elle a dit

Road Movie - Assassinat - Scientifique MAJ lundi 06 mai 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,5 €

Pascal Thiriet
Paris : Jigal, février 2013
232 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-914704-98-4
Coll. "Polar"

L'écoute totale

Dans le monde du polar, il y a nombre de romans où le personnage principal, dépassé par les événements que, parfois lui-même ne comprend pas, se retrouve pourchassé à travers l'Europe et essaye de reprendre en main son destin. Pascal Thiriet, avec J'ai fait comme elle a dit, s'installe dans cette thématique mais décide d'y adjoindre sa touche personnelle avec Pierre, son "héros", amoureux de Sahaa, femme un peu garce qui abuse de lui, l'éloignant ou le ramenant dans sa vie sentimentale selon ses besoins. Tous les lecteurs et lectrices qui ont vécu un amour avec quelqu'un qui se dérobe, étant tour à tour présent puis distant - "Après on a dormi. chacun dans son rêve, mais ensemble quand même", finira par avouer le personnage - suivront avec un soin particulier Pierre, personnage très attachant, touchant dans son côté Candide moderne, qui traverse les événements les plus dangereux, voire sanglants, mine de rien, tout en cultivant son propre jardin, et en acceptant les cadeaux les plus incongrus avec une chasteté forcée avec bonhommie.

Pour en revenir à Saha et au cœur de l'intrigue, si elle vient voir Pierre, c'est justement parce qu'elle a besoin de lui. Devenue l'héritière d'un vieux beau savant qui a retrouvé une seconde jeunesse en la croisant avant de mourir, elle doit se rendre en Suisse pour récupérer le pactole, une découverte scientifique. Seul problème, et de taille, elle est pourchassée par des hommes sans trop connaître les raisons (on en revient au schéma traditionnel du thriller : le lecteur sait que la découverte scientifique du savant est la cause, alors que les héros ne le savent pas). Dès le début, Pierre se rend compte que la mort du savant n'a certainement pas été accidentelle. Voilà donc notre couple pourchassé qui passe par l'Allemagne, baguenaude en Belgique, visite les coffres helvétiques, et achève son périple dans les beautés de la lagune de Venise. Entre deux interrogations sur la science et ses dangers, le récit coloré et picaresque de Pascal Thiriet déroule son intrigue avec un style nerveux, sachant prendre son temps pour analyser un trait de caractère, et renforcer le bonheur de lecture. Quant à Pierre, il est pris entre un amour aveugle et des aventures où se mêlent sens du suspense et humour. Gai, enlevé et aidant la réflexion : très voltairien en somme...

Citation

Dessous, il y avait Marnix, moins la tête. C'est le problème avec les gros calibres, ça abime, ça défigure pour ainsi dire.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 01 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page