La Différence

Ward avait fini par suivre Main Street jusqu'au bout, rasant les maisons, se retournant sans cesse, regardant dans la glace des vitrines, puis, comme on se jette à l'eau, il avait foncé dans le quartier de la tannerie qu'il avait traversé en courant presque et en entendant derrière lui l'écho de ses pas sur le trottoir.
Georges Simenon - Un nouveau dans la ville
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 juillet

Contenu

Bande dessinée - Western

La Différence

Tueur à gages - Trahison MAJ mercredi 08 mai 2013

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Didier Daeninckx (scénario), Mako (dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Charles Willeford
The Difference - 1999
Paris : Casterman, avril 2013
104 p. ; illustrations en couleur ; 26 x 19 cm
ISBN 978-2-203-06094-4
Coll. "Rivages/Casterman/noir"

Vioence au galop

Pourchassé par le clan Reardon, le très jeune Johnny Shaw débarque à Twenty Miles avec un cheval blessé. Sa rencontre avec le maitre forgeron du bled paumé est haute en couleur, mais ce dernier le cache, puis lui offre un asile de fortune en plein espace vert. Johnny Shaw a tué Onyx, le jeune fils Reardon "à la loyale". Enfin, c'est ce qu'il affirme. Tête brûlée, être instinctif, il n'a pas son flingue dans sa poche, et tient à un ranch, héritage paternel, comme à la prunelle de ses yeux, qui est à l'origine de la discorde entre Shaw Sr et Reardon Sr auparavant inséparables. C'est sans doute l'une des raisons pour lesquelles, notre forgeron dévoile sa véritable identité à Shaw, et ce même s'il ne croit pas à son histoire. Ancien tueur à gages rangé du métier pour vivre une vieillesse tranquille à voir grandir sa fille, Dover va apprendre à Shaw le maniement des armes, et lui refiler les siennes d'antan. Un cadeau d'une valeur inestimable dont le garçon va prendre grand soin de ne pas les laisser rouiller, s'engouffrant à corps perdu dans une folie meurtrière et honteuse : si sur sa route la mort fleurit, il y a aussi la délation qui vient s'insinuer. Un thème évidemment que ne peut manquer de décrire dans tout ce qu'il a de plus bas un Didier Daeninckx, qui offre un scénario dur, avec des dialogues incisifs entrecoupés d'une violence furieuse et aveugle parfaitement mise en couleurs par un Mako toujours autant inspiré qui alterne paysages diurnes et nocturnes, prend un soin tout particulier aux particularismes de ces mêmes paysages et des êtres qui l'habitent et le parcourent. Le tandem recomposé après Dernière station avant l'autoroute offre non loin de la frontière mexicaine une brillante et fidèle adaptation du roman de Charles Willeford avec une très noire fuite en avant d'un garçon condamné à tuer sans relâche sous peine d'être tué - ce qui finira bien par lui arriver, en témoigne la dernière planche annonciatrice d'une gloire dont on se passerait.

Citation

J'ai vu le cadavre d'Onyx, ta version a peut-être convaincu ma fille mais pas moi... Tu lui as tiré dans le dos...

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 28 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page