Mon amour Kalachnikov

J'ai dépassé le cercle carbonisé du vieux feu, noirci par des générations d'élèves de terminale que je ne connaissais plus, j'ai progressé sur les planches qui s'avançaient sur l'eau. J'avais les jambes raides, les articulations bloquées. Des clous rouillés dépassaient du bois, de son grain fibreux, farineux, humide.
Roz Nay - Notre petit secret
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 décembre

Contenu

Roman - Policier

Mon amour Kalachnikov

Social MAJ dimanche 03 mai 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 12,5 €

Sylvie Deshors
Rodez : Le Rouergue, octobre 2008
288 p. ; 17 x 12 cm
ISBN 978-2-8415-6985-4
Coll. "DoAdo Noir"

Bobos et baby-sitter

Lyon. Novembre gris. Quartier de La Croix-Rousse. Les traboules en fait, cet espace fait de rues intérieures, d'esplanades suspendues entre deux immeubles, d'escaliers souterrains pour rentrer chez soi, d'impasses en coupe-gorge. Celui des canuts, les légendaires ouvriers de Lyon, devenu l'habitat bobo par excellence. Agathe y est envoyée pour faire la baby-sitter. Appartement chic, branché, suréquipé, avec caméras de surveillance : le peuple, quand on est bobo, c'est… le plus loin possible. Tandis que bébé dort, elle tombe sur la photo du couple qui l'emploie. Un choc : le papa à l'image, c'est le taré qui a tenté de l'écraser au volant de sa Scénic, quelques jours plus tôt ! Elle téléphone à Gilan, son petit copain. Apprenti ferronnier, musicos proto-combattant libertaire, ivre de sa seule liberté. La trouille la gagne, ou l'envie de se venger. Fouille en règle de l'appartement. Elle dépose généreusement ses empreintes partout. Le lendemain, Agathe est convoquée au commissariat : le père du bébé a été assassiné. Elle est suspectée, tout comme Gilan, dont elle apprend qu'il est fiché. Petit dealer aux mauvaises fréquentations. Agathe tremble : est-ce Gilan qui a tué ce salaud de bobo pour la venger ? Rien de cela au final : une sale histoire d'esclavagisme moderne, dont la victime s'est montrée coupable, et pour Agathe, la découverte que son amour n'était pas si grand que cela. Les plus belles pages du livre au demeurant, autour d'une lucidité chèrement acquise sur ce qu'aimer pourrait vouloir dire, quand on est adolescent.

Citation

Le père Noël s'éclate de brique en brique dans la cheminée

Rédacteur: Joël Jégouzo dimanche 26 avril 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page