Un train pour Durango

J'observe autour de moi les gens accoudés au bar ou assis aux tables dans les box, qui boivent leurs bières en ayant des conversations normales à propos de vies normales. Je parie que ce soir certains d'entre eux vont même baiser.
S. G. Browne - Heureux veinard
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 21 juillet

Contenu

DVD - Western

Un train pour Durango

Braquage/Cambriolage MAJ mardi 14 mai 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 12,9 €

Mario Caiano
Un treno per Durano - 1968
Alignan-du-Vent : Artus, mai 2013
1 DVD VOST-VF Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm
Coll. "Western européen"

Attaques mexicaines

Western spaghetti par excellence, Un train pour Durango se déroule au Mexique lors de la révolution menée tambour battant par Pancho Villa. Deux bandes de brigands de grand chemin attaquent un train, tuent (presque tous) ses passagers, dérobent un coffre-fort gigantesque, et enlèvent une jolie journaliste française. Deux hommes, embarqués dans ce train et qui ont survécu - selon un principe insondable propre au Saint Esprit - on ne sait comment, récupèrent les clés du coffre sur les corps à peine refroidis de deux hommes d'affaires américains, et se mettent dans l'idée pour l'un de récupérer le magot, pour l'autre de sauver la femme dont il a eu le temps de tomber amoureux. La tonalité pourrait être celle d'Il était une fois la révolution, mais son réalisateur nous offre une joyeuse comédie en forçant le trait. Les Mexicains sont de durs filous qui mettent à leur compte l'inflation galopante, quand ils ne boivent pas comme des trous avant de jouer à des jeux mortels tout en étant nommés généraux et, dans la foulée, d'être dégradés. Le film n'évite pas le comique de répétition, il le provoque. Tout le monde arnaque tout le monde, ça castagne dur et ça défouraille à tout va avec maîtrise. Nos deux héros, toujours aussi téméraires et effrontés, se lancent sans discernement dans les pires coups fourrés, et leur salut vient sans cesse d'un Américain, poète idéaliste, qui se promène en voiture (là où un autre trois ans plus tard aura une motocyclette), joue aisément et invariablement de la mitrailleuse, de la Winchester, du Colt et des explosifs. Mais jamais nos héros malheureux ne se demanderont pourquoi un tel ange gardien. Et dans un final avec musique à l'appui et duel à la clé, ils seront confrontés à la dure réalité des (mé)faits.

Bande annonce en italien :


Un train pour Durango (95 min.) : réalisé par Mario Caiano (sous le pseudonyme Bianco Manini) sur un scénario de Duccio Tessari & Mario Caiano. Avec : Anthony Steffen, Enrico Maria Salerno, Mark Damon, Dominique Boschero...
Bonus. Grino à Durango par Curd Ridel. Diaporama. Bandes-annonces.

Citation

La souffrance est la seule destinée des innocents.

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 20 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page