Bob le raté

Après les années turbulentes que j'avais vécues, c'était ce qu'il me fallait. De la solitude mélangée à un travail banal, bien manger, beaucoup baiser, jouer au poker, ne penser à rien. Le fragile équilibre entre divertissement et ennui.
Roberto Costantini - Tu es le mal
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 novembre

Contenu

Roman - Policier

Bob le raté

Braquage/Cambriolage MAJ jeudi 28 mars 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 8 ans

Prix: 6,95 €

Guillaume Guéraud
Alfred (illustrateur)
Paris : Sarbacane, mars 2013
64 p. ; illustrations en couleur ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-84865-584-0
Coll. "Série B"

Poissard heureux

Il s'appelle Bob McQueen, mais on le surnomme Bob le Raté. Il vient tout juste de sortir de prison et n'a en poche que des cartes truquées, plusieurs double-six pour tricher aux dominos et des allumettes. Et voilà qu'il débarque au fin fond d'un rade malfamé où il apprend que se fomente le plus grand concours des braqueurs en tous genres pour remporter la Palme des voleurs. Personne ne veut de lui comme associé alors, comme il n'est pas du genre à jeter l'éponge, Bob, il va participer en solo et, bien entendu, rafler la mise.

Les éditions Sarbacane rivalisent d'ingéniosité ludique, et avec cette nouvelle collection "Série B", elles rendent un brillant hommage à tout ce qui a fait le succès à la fois des pulps et des comics. Une histoire simple et en rythme de Guillaume Guéraud qui délaisse pour l'occasion ses intrigues à la sombre noirceur, avec un Steve McQueen poissard à la Dortmunder, le personnage de Donald Westlake. Et surtout des illustrations d'Alfred dans un univers noir et jaune aux aspects de film noir qui multiplie les effets d'annonce. C'est à la fois sobre et efficace plongé dans une mise en page très années 1930 à l'époque où le bon mauvais goût était de mise pour le plus grand plaisir des lecteurs. À noter le très grand travail typographique. On s'en prend plein les yeux. Tout nous éclate à la figure, même les lignes horizontales se font la malle en tous sens. Voilà un premier volet qui réjouira les petits... et les grands.

Illustration intérieure


Citation

Bob McQueen fut libéré de prison un vilain jour d'automne. Le ciel était gris. Des tas de feuilles mortes tourbillonnaient, et tous les arbres semblaient faire la tronche.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 27 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page