Carmen (Nevada)

J'ademande compression et perdonnement, dottori mais ça a glissé à cause de la gadoue se trouvant dessus la route. Ce fut pas ma fautivité mais celle de la situation mitréologique.
Andrea Camilleri - La Pyramide de boue
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 01 décembre

Contenu

Roman - Noir

Carmen (Nevada)

Social - Urbain MAJ mercredi 06 mars 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6,6 €

Alan Watt
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Laetitia Devaux
Paris : Le Masque, février 2013
286 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7024-3900-5

Culpabilité

Carmen, Nevada, son lycée, son équipe de football. Soir de fête classique, alcool à flot, les gars tentent de séduire les filles et humilient les plus faibles pensant prouver leur virilité... Neil, qui a emprunté l'Eldorado de son père, repart bourré bien que ses amis lui enjoignent de rester. Il joue à se faire peur sur la grande ligne droite du retour, en éteignant les phares, et... écrase l'un des adolescents qui rentrait à pied. Paniqué, il le met dans le coffre, rentre chez lui et peine à trouver le sommeil. Le lendemain matin, ne sachant que faire, il se précipite à la voiture : le coffre est vide et immaculé. Le père de Neil est le shérif du village, un mur de briques, dur et violent, qui a élevé son fils seul depuis que sa mère les a quittés alors que le petit n'avait que trois ans. Pas causant, intimidant, il ne dit évidemment pas un mot à son fils, qui ne sait sur quel pied danser, et qui se doute bien que d'un côté ou d'un autre, les ennuis vont arriver. Les affronter, se défiler ? Telle est la question...
Alice Monéger a bien eu raison d'exhumer cette petite pépite initialement parue dans "La Noire" de Gallimard. Le texte est fort, plein de finesse, explorant les relations père-fils, l'amitié (dénoncer son ami qu'on sent coupable ou non ?) et passant au crible quelques couches sociales de cette ville américaine. Le meurtre va faire exploser tous les non-dits et la tension ne va cesser de monter jusqu'à un beau rebondissement final.

Citation

Cela faisait des années que je fuyais ce meurtre, bien avant que les Curtis débarquent à Carmen.

Rédacteur: Christophe Dupuis lundi 04 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page