Rêves en noir

Et je bois donc aussi à la santé de Mme Melun, la plus enquiquineuse de mes administrés, mais qui, ce jour-là, a justifié pour la première fois sa présence dans les locaux de la mairie.
Colette Dardenne - Maubourg
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 15 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Rêves en noir

Fantastique - Disparition MAJ vendredi 01 mars 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 13 ans

Prix: 14,5 €

Jo Witek
Arles : Actes Sud junior, janvier 2013
268 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-330-01489-6
Coll. "Ado. Thriller"

De l'importance des rêves

Jill aime la vie, discuter avec ses amis et aller à l'école, comme toutes les autres jeunes filles de son âge. Cependant, les choses sont un peu différentes en ce qui la concerne, puisque Jill est aveugle. Sans tomber dans le récit larmoyant d'une vie brisée, Jo Witek nous livre non seulement les états d'âme et la révolte de Jill, mais également une intrigue haletante, parfois à la limite du paranormal. Et c'est toute l'originalité de ce roman écrit de main de maître par Jo Witek.

Toute la vie de Jill tourne autour de sa cécité ; soucieux de tout faire pour assurer autant d'autonomie que possible à leur fille, ses parents organisent sa vie et son emploi du temps. Elle est également inscrite dans un établissement spécialisé dans lequel elle côtoie des jeunes gens aveugles ou malvoyants dont ses amis, un petit groupe soudé qui s'entraide et se déchire, comme tous les autres. Mais Jill refuse que sa vie soit ainsi chronométrée et organisée par son entourage, elle veut se déplacer sans canne, sans avoir à afficher sa différence, sans devoir rendre des comptes à ses parents. En un mot, elle veut être libre.
Et cette nécessité est d'autant plus pressente qu'elle rêve, et qu'elle rêve en images. Chaque nuit, elle se réfugie avec impatience et bonheur dans un univers de formes et de couleurs. Elle y trouve la force d'affronter ses journées sans lumière, même si ces songes alimentent son sentiment d'injustice. Tout bascule le jour où, en se promenant avec sa meilleure amie, elle réalise que son rêve est réel, que tout ce qu'elle y voit et entend est transposé dans sa réalité, dans son présent. Cela signifie donc que le très charmant jeune homme qu'elle voit chaque nuit doit être lui aussi réel... et en danger ! Chaque nuit, elle en apprend plus sur lui, sa vie, et les circonstances qui ont abouti à sa disparition. Accompagnée de ses amis, qui l'empêcheront toujours de se mettre en danger et d'oublier la réalité au profit de ses rêves, elle se lance à sa poursuite, cherchant à le connaître tout en appréhendant la rencontre : elle a trop souvent constaté l'effet dévastateur de la découverte de son handicap par les garçons pour espérer lui plaire.
Avec beaucoup de tact, Jo Witek aborde le très sensible sujet des préjugés : chaque personne atteinte d'un handicap doit, en premier lieu, affronter la pitié, la condescendance d'autrui. Si vivre aveugle est réalisable, combattre chaque jour le regard des autres est épuisant. Comment le supporter lorsque, adolescente, on cherche à se construire ? Jill se heurte de plein fouet à cette réalité, ne peut l'accepter, et se bat pour être prise au sérieux, entendue. L'enquête dans laquelle elle se lance est donc pour elle une aubaine : non seulement elle y gagnera de connaître le beau Louis, mais elle prouvera également à tous ceux qui l'entourent que son intelligence, son intuition, et sa détermination auront toujours l'ascendant sur sa cécité.

Si l'enquête est quelque peu improbable, l'essentiel est bien entendu ailleurs. Jo Witek déploie des trésors d'écriture pour restituer la détresse, la peur, la révolte mais aussi l'espoir, l'enthousiasme et la fraîcheur d'une adolescente déterminée, forte et amoureuse de la vie.

Citation

Pour la première fois depuis des années d'obscurité totale, elle distinguait des images, des couleurs et même la lumière du jour. Elle rêvait en images et plus seulement en bruits et en sensations. C'était inouï, inespéré, troublant.

Rédacteur: Catherine Thiéry jeudi 28 février 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page