Mort en terre étrangère

Il y avait un peintre dans la banque quand vous êtes entrés. Je le ferai parler, et vous finirez à Sing Sing !
Walt Disney company - Histoires de détectives
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Policier

Mort en terre étrangère

Écologique - Braquage/Cambriolage - Mafia - Corruption MAJ jeudi 21 février 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 10,9 €

Donna Leon
Death In A Strange Country - 1993
Traduit de l'anglais (États-Unis) par William-Olivier Desmond
Paris : Pointsdeux, février 2013
492 p. ; 12 x 9 cm
ISBN 978-2-36394-132-9
Coll. "Pointsdeux"

Submersion fangeuse

Venise est une ville-État très ancienne, et nous connaissons tous la façon dont elle est construite, sur des marais, sur de l'eau qui lentement croupit et détruit la ville même, l'enfonçant lentement dans ses profondeurs. À ce titre, vieillesse, décadence historique symbolique et destruction programmée par la nature, les éléments et le temps en font une excellente parabole du monde occidental. Mort en terre étrangère, le roman policier de Donna Leon, s'ouvre sur deux affaires : un officier américain d'une base militaire est retrouvé mort dans la lagune et sa supérieure qui par ailleurs est aussi sa maîtresse fait une overdose quelques jours plus tard. Leurs disparitions semblent liées à la gestion des ordures et autres produits très toxiques des bases américaines en Europe. D'autre part, un riche milanais, lié aux pouvoirs politiques et à la mafia - à supposer que ce soit deux choses différentes - s'est fait voler trois tableaux mais l'affaire semble louche...

Les deux affaires sont confiées à l'éternel commissaire Brunetti. Comme on le voit, ces enquêtes tournent autour des éléments symboliques : corruption, collusion, déchets, mort programmée de l'Occident sous sa propre richesse. Et notre commissaire doit plus s'occuper des remugles nauséeux que de l'intrigue car personne, y compris son supérieur hiérarchique, ne tient à ce que les enquêtes aboutissent.Pour s'être trop approché de la vérité, un de ses amis carabinier a d'ailleurs été muté.

Le roman s'organise stylistiquement autour de ces ténèbres, de cette fange qui envahit le monde. Le commissaire pour résoudre les affaires doit accepter de passer par les volontés et les non-dits d'un proche parent, lié sans doute à de multiples combines. Au final, aucune justice n'est rendue aux morts, ceux qui cherchent la vérité sont peu considérés et il faut un acte de vengeance pour qu'une des affaires se résolve. Quant au commissaire Brunetti, il ne peut que pleurer sur de nouvelles illusions perdues, n'obtenant que des victoires dérisoires par rapport à l'immensité des crimes commis, sur l'instant et pour les générations futures.

Citation

Nous sommes une nation d'égocentriques. C'est notre gloire mais ce sera aussi notre perte, car pas un seul de nous n'est capable de se vouer corps et âme au bien commun.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 20 février 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page