Les Effacés - 4 : face à face

La ville avait attendu plusieurs décennies avant de se résoudre à donner leur nom à des rues, et encore, dans le quartier historique noir. Et quand elle avait décidé d'ériger une statue à l'un de ses habitants, elle leur avait préféré un idiot patenté qui se trouvait être blanc. Bienvenue à Troy, Mississippi.
Doug Marlette - Magic Time
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 11 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Les Effacés - 4 : face à face

Politique MAJ mardi 29 janvier 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 12 ans

Prix: 14,5 €

Bertrand Puard
Paris : Hachette, janvier 2013
360 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-01-203563-8

Bas les masques

Retour en France pour ce quatrième tome des Effacés de Bertrand Puard qui, après l'industrie pharmaceutique, le monde de la finance et l'univers du sport de haut niveau, ancre les aventures de ses jeunes justiciers dans le monde impitoyable et trompeur de la politique française. L'alchimie entre un contexte réaliste et proche du lecteur, le style percutant et efficace de l'auteur, et une intrigue intelligente, rythmée et servie par des personnages attachants et humains fonctionne à nouveau dans ce nouveau volet.
Les révélations pleuvent dans Face à face : Nicolas Mandragore attaqué et deux de leurs compagnes enlevées alors qu'ils revenaient de leur précédente mission, le kidnapping d'Ilsa, qui a frôlé la mort lors de sa détention, leur quartier général détruit, tout cela pousse les jeunes gens à tomber les masques. Leurs décisions et leurs interventions sont d'autant plus rapides que le principal responsable des meurtres de leurs proches et son principal homme de main seront peut-être rapidement à l'abri de toute poursuite par la faute de l'élection présidentielle. S'engage une course contre la montre au cours de laquelle chaque adolescent va devoir donner le meilleur de lui-même, mais également livrer son histoire à des étrangers et à la France, abandonnant son anonymat. L'atmosphère du roman est par conséquent plus grave, plus sombre.
Contraintes par le temps et par ceux qui ont conduit à leur effacement, les méthodes des Effacés se radicalisent. Les contacts pris lors des précédents romans tout comme les leçons apprises sur le terrain ou enseignées par Nicolas Mandragore sont réinvesties pour compenser la perte d'infrastructures et de moyens financiers. Plus que jamais, les jeunes gens mûrissent, deviennent conscients de leurs sentiments les uns envers les autres mais également envers le monde : ce n'est définitivement pas la vengeance qui les motive, mais bien la justice, et c'est probablement sur ce point que s'attarde le plus Bertrand Puard, qui encore une fois en profite pour faire passer des messages à ses lecteurs.
Dans les trois premiers tomes les jeunes gens ont cherché et rassemblé les pièces du puzzle expliquant les assassinats de leurs familles. Ces pièces trouvent leur sens dans ce quatrième roman, à tel point que plusieurs fois au cours de la lecture on soupçonne (craint ?) que Face à face soit une dernière aventure. Cette impression découle probablement d'un tournant dans la série : le cœur de l'intrigue jusque-là était bien l'anonymat, l'inexistence officielle de ces adolescents, et Bertrand Puard choisit maintenant de "sacrifier" cette caractéristique. De quoi entretenir l'impatience qui était déjà la nôtre de connaitre la suite, et se demander quelle direction sera adoptée dans une cinquième aventure des Effacés, puisque finalement le processus mis en marche par les adolescents et leur mentor est brusquement interrompu en fin de roman.
Une fin ambigüe, un roman passionnant : Bertrand Puard nous offre un quatrième tome captivant et efficace aux aventures des Effacés, qui positionne définitivement la série comme référence.

Citation

Mais Nicolas ne s'est pas contenté de nous exposer le plan complet de notre prochaine mission. Non, il nous a dévoilé enfin la raison pour laquelle il nous avait réunis.

Rédacteur: Catherine Thiéry jeudi 24 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page