Choquée

Celui qui tire le papier "victime" meurt, le papier "assassin" tue, et le papier "enquêteur"...
Hervé Jubert - La Face cachée du poisson-lune
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 15 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Choquée

Enlèvement - Disparition MAJ mardi 15 janvier 2013

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,9 €

Tania Carver
Choked - 2011
Traduit de l'anglais par Mélanie Carpe
Bruxelles : Ixelles, octobre 2012
462 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-87515-165-0

Fais-moi mal Johnny

Il existe des auteurs qui n'ont peur de rien et surtout pas d'en rajouter une couche. L'élément de départ du roman aurait pu créer une tension suffisante : lors d'un incendie, une jeune femme est sauvée des flammes mais alors qu'elle se réveille à l'hôpital, elle reçoit un coup de fil. Sa fille qui n'a pas été retrouvée dans les décombres de la maison est l'otage d'un groupe qui a besoin d'elle. La course contre la montre, la pression mise par les kidnappeurs : voilà de quoi se contenterait un écrivain pour balancer un roman rude et au suspense haletant. Mais Tania Carver - pseudonyme d'un couple d'écrivains - a d'autres objectifs : elle aime la surenchère. Elle accumule les figures gothiques du roman-feuilleton avec un tueur psychopathe insensible à la douleur, des relations sadomaso entre les personnages, des relations incestueuses, des personnages plus que perturbés qui montent des plans d'une complexité folle.

Stylistiquement, on sent à quel point Tania Carver prend un plaisir évident - presque aussi coupable que celui des monstres qui parcourent son roman -, assorti d'une complaisance, à décrire les douleurs, les tortures et les déviances. Le soin maniaque apporté à ces détails, les allers-retours entre les différents protagonistes, les logiques si perverses mises en œuvre qu'elles en deviennent un peu incompréhensibles pour un humain normal, tout cela crée une atmosphère un peu spéciale, lourde, qui déteint sur l'intrigue. Du coup, le lecteur est pris dans cette atmosphère très pesante là où sur des sujets proches des auteurs comme Carl Hiaasen manient un humour ou une ironie qui préservent le lecteur, sans grande échappatoire, sans bouffée d'oxygène mais sans la puissance visionnaire de James Ellroy ou de David Peace.

Citation

À son poing luisait du métal lourd taché de sang. Sa poitrine se soulevait au rythme de son souffle et une lueur primitive enflammait son regard.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 11 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page