Agence Interpol - 1 : Mexico la muerte

Tandis que devant le parking de la gendarmerie de Challans, il y a meute des journalistes. Meute ? Oui, un peu dans cette façon de gens du même métier, dont fait partie votre obligé, rédacteur isolé soit-il, de se regrouper autour d'un évènement.
Philippe Gilbert - Crimes et catastrophes de Vendée
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Bande dessinée - Noir

Agence Interpol - 1 : Mexico la muerte

Tueur en série - Hard boiled - Drogue MAJ vendredi 11 janvier 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Philippe Thirault (scénario), Lionel Marty (dessin)
Boris Beuzelin (coloriste)
Lionel Marty (coloriste)
Scarlett Smulkowski (coloriste)
Marcinelle : Dupuis, septembre 2012
56 p. ; 30 x 22 cm
ISBN 978-2-8001-5164-9

Dépeçage en série

"Agence Interpol", c'est avant tout une série en quatre volets inspirée de faits réels qui fait un focus sur la violence d'autant de villes. Avant Rome, Stockholm et Bangkol, Philippe Thirault au scénario et Lionel Marty au dessin s'attaquent à Mexico. Dans une ville gangrenée par les cartels, sévit un chirurgien psychopathe qui dissémine des cadavres de femmes décapités proprement à ses quatre coins. Seul Pablo Tikal, un privado tout droit sorti des romans hard boiled - c'est-à-dire cynique, mélancolique et solitaire -, semble réellement s'intéresser à leur sort. Sauf que parmi les corps, il y a celui d'une Américaine et qu'Interpol s'en mêle. Leur agent, Claire Burnell, splendide blonde intelligente et pétillante, aux seins aguicheurs et aux jambes longues et belles, tente de recueillir et d'analyser le plus d'informations possibles afin de cerner le tueur. Les deux se rencontrent dès les premières pages pour ne pas se quitter avant la résolution de l'affaire. Il y a bien un jeu de séduction, mais il n'ira pas plus loin que le pas de la porte de la chambre de l'appartement de l'agent d'Interpol. Mais il y a de la violence à chaque croisement de rue. Elle suit les deux investigateurs à la morgue, au bureau de Tikal et même dans une boucherie pour l'occasion synonyme d'une mise en abime. À chaque fois, des hommes d'un cartel munis d'armes automatiques qui tirent sans discernement. À partir d'un scénario incisif aux répliques ludiques, Lionel Marty découpe la ville au scalpel. Cela donne une alternance de pages à la violence exubérante avec des couleurs chaudes et d'autres à la froideur clinique où cette même violence est sous-jacente, presque plus terrifiante que lorsqu'elle explose. Les narcotrafiquants sont des brutes épaisses régissant aux lois de la jungle : profits, territoires, respect. Le tueur, lui, est calme, concentré sur son but. Cela donne un ensemble dans la lignée de la série "Dexter", mais qui aurait franchi la frontière jusqu'à la carniceria "Super Sadika", à la recherche d'une chambre froide abritant une collection de scalps d'un tueur en série particulièrement habile du dépeçage. On attend avec impatience le changement de ville...

Citation

Au Mexique, la décapitation est un des modes opératoires favoris des narcotrafiquants. C'est presque banal. Et dans ce genre d'affaire, pour que l'enquête avance, il faut que les flics y trouvent un intérêt. Policiers, magistrats, fonctionnaires : ici, tout s'achète. Le dogme est celui de l'immaculée corruption.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 03 janvier 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page