Black Dragons

Il revoit Edward Hunter étreignant son père le matin de l'arrestation. Après la mort de sa mère, un an plus tard, il n'a plus guère pensé à lui, hormis lorsque, quelques années plus tard, il a appris que sa sœur avait fait une overdose d'héroïne. Mais jamais depuis.
Paul Cleave - Un père idéal
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

DVD - Policier

Black Dragons

Guerre - Complot MAJ lundi 17 décembre 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 12,99 €

William Nigh
Black Dragons - 1942
Besançon : Hantik Films, septembre 2011
1 DVD VOST Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "The Scare-ific Collection"

Chirurgie japonaise

Pendant la Seconde Guerre mondiale, aux États-Unis, des hommes d'affaire en apparence peu scrupuleux misent sur la victoire de l'Axe. Réunis chez le docteur Sanders, ils sont interrompus dans l'organisation de leurs plans diaboliques par un patient qui s'invite ou plutôt s'incruste jusqu'à devenir l'hôte de son hôte. Dans cette maison où les crimes se succèdent et où les corps disparaissent des placards à la cave, la pauvre nièce du docteur (Joan Barclay, actrice de série B. qui a fait son apparition à l'époque du muet et qui jouera également dans l'un des "Charlie Chan" au côté de l'effrayant Warner Oland, The Shanghai Cobra en 1945), fraichement arrivée et esseulée parce que son oncle soudainement malade est cloîtré dans sa chambre, peine à plonger dans les bras du détective Dick Martin (George Pembroke, qui a également joué l'année précédente avec Bela Lugosi dans Invisible Ghost) et sursaute à chaque apparition de l'étrange patient, M. Colomb.

Tel est le pitch de cet honnête film de série B. qui offre sont lot d'événements rocambolesques théâtraux. Qui sont ces industriels à la solde du Japon ? Et pourquoi un homme les assassine-t-il les uns après les autres souvent aux abords de l'ambassade japonaise prudemment fermée un couteau japonais abandonné près des corps ? Il faut un peu de jugeote et se rappeler le titre du film : Black Dragons. Le final renoue avec les peurs ancestrales de l'Orient, la perfidie de l'Ogre asiatique. Un plan aussi machiavélique que tordu scientifiquement allié à une trahison est à l'origine de cette avalanche vengeresse. L'univers surréaliste, l'effarouchement de la jeune fille et de nous, pauvres mais pas crédules spectateurs, ne tiennent qu'au rôle incarné par Bela Lugosi (est-il besoin de rappeler que cet acteur hongrois, de son vrai nom Béla Ferenc Dezső Blaskó a été l'incarnation acérée et pointue de Dracula ?). Le comédien malade et sous l'emprise de drogues diverses et variées, en fin de carrière, se joue du scénario, en fait parfois un peu trop transformant ce film en comédie parfois vraiment burlesque. C'est peut-être là l'intérêt premier de ce film : il hésite sans cesse entre drame et burlesque. Il nous fait osciller de l'un à l'autre, rire et tressauter dans une mise en scène quasiment de théâtre avec la plupart de l'action dans une maison où nous sommes voyeurs. Sûrement pas un chef d'œuvre mais un film qui se laisse regarder, une curiosité cinématographique qui se fond à merveille dans cette collection.

Black Dragons : 61 min. réalisé par William Nigh sur un scénario de Robert Kehoe et Harvey Gates. Avec Bela Lugosi, Joan Barclay, George Pembroke...
Bonus. Filmographie de Bela Lugosi. Undersea Kingdom épisode 1 ("Au-delà des fonds océaniques") et 2 ("La Cité sous la mer"), serial réalisé en 1936 par Lon Chaney Jr.
Booklet. Présentation du film par Jean-Pierre Putters.

Citation

Mlle Sanders dit que le majordome a disparu. Pour une fois que je me refusais à suspecter le majordome.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 16 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page