91700 Fleury-Mérogis

Dieu croira mon histoire, cette histoire dont les hommes n'ont pas voulu, cette histoire dont les pages ont disparu et que je retourne sans cesse dans ma tête pour éviter que les détails ne s'évanouissent dans la brume.
Paul Colize - Back up
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 14 novembre

Contenu

Roman - Noir

91700 Fleury-Mérogis

Prison MAJ mercredi 28 novembre 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,9 €

Franck Chevillard
Paris : La Manufacture de livres, octobre 2012
248 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-35887-028-3

Concentré d'humanité

Il y a une incompréhension entre les générations. Et ce depuis que les générations existent. Il faut bien reconnaître qu'aujourd'hui le phénomène s'accélère. Alors pourquoi le monde des gangsters échapperait-il à cette accélération ? Franck Chevillard a été formateur en prison, et a assisté à ces mutations. Il tente d'en rendre compte, à travers Bouvac Diop, Jean Ambrogioni et Ahmad, trois personnages emblématiques, se mettant même en face, de façon extrêmement narquoise.

Boubaca Diop est un jeune récidiviste des cités et donc emprisonné, lâché au milieu des fauves de Fleury-Mérogis. Il partage la cellule de Jean Ambrogioni, un gangster de la vieille école qui aimerait l'aider. Car malgré sa maladie en phase terminale, cette figure du grand banditisme voit bien que l'Organisation essaye de mettre la main sur lui. L'Organisation c'est la nouveauté, un groupe ethnico-religieux qui essaye d'introduire la lutte de l'Islam dans les prisons. Ladji, justement, est la cheville ouvrière de l'Organisation. Et il a dans le collimateur Ahmad, un prisonnier à part. Ancien taliban, intellectuel, Ahmad a trahi le commandant Massoud, et a fui l'Afghanistan avec des objets dérobés dans les musées.

Description aiguë des trois personnages, rendue dans leur complexité, le roman est resserré sur la prison. Stylistiquement, tous les éléments se répondent. Des encarts montrent comment Fleury-Mérogis, prévue comme prison modèle, s'est peu à peu dégradée, et renvoient aux dégradations individuelles. L'univers de Jean Ambrogioni, homme à la Lino Ventura, se disloque sous la maladie ; la vie d'Ahmad n'est qu'une longue chute. Boubaca Diop, au départ le plus mal loti - symbolisé par une chanson rap qu'il essaye de composer -, bénéficie des aides des deux autres, en profite mais personne, lui inclus, n'en tirera aucun bénéfice. Sans doute parce qu'il n'y a dans notre monde moderne aucune reconnaissance, aucune échappatoire, et que seul un peu de poésie ou d'éthique peuvent en adoucir la fin.

Citation

Trois émeutiers sont menottés pieds et mains façon brancard et transférés vers les cellules du quartier disciplinaire.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 28 novembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page