La Verticale du mal : le dernier festin

Il n'est rien que vous ne puissiez me confier que je n'aie déjà entendu.
Mary Higgins Clark - Quand reviendras-tu ?
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 15 novembre

Contenu

Roman - Thriller

La Verticale du mal : le dernier festin

Anticipation - Tueur en série MAJ mercredi 21 novembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Fabio M. Mitchelli
Plombières-les-Bains : Ex æquo, septembre 2012
184 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35962-318-5
Coll. "Rouge"

Ligne droite entre le ciel et leenfer

Avec La Verticale du mal : le dernier festin, Fabio M. Mitchelli clos sa trilogie, et nous emmène vers une conclusion extrêmement retorse. Signalons au passage que ce roman peut tout à fait se lire indépendamment des deux précédents. Tout le travail stylistique de Fabio M. Mitchelli permet de remporter une gageure car il a travaillé dans les faits sur un roman où les personnages centraux sont des tueurs en série particulièrement ignobles, mais par ses descriptions fortes, par le soin apporté aux détails, la tension parvient à naitre même chez le lecteur le plus blasé.

À Los Angeles en 2022 (le décalage temporel avec les deux volets va permettre justement de rappeler les événements sans alourdir l'intrigue), la police est chargée d'enquêter sur des cadavres laissés à l'état de momies dans des boxes. Est peut-être au courant de tout cela un ex-policier, Victor, qui vit reclus dans la ville. Mais cet ex-policier a aussi été un personnage corrompu qui collabora avec le plus célèbre mafieux et tueur en série européen, un tueur qui vit reclus depuis les épisodes précédents. En Europe, les rêves de Melvin lui permettent de retrouver la tombe d'un policier, celui qui allait faire arrêter le tueur et Victor. Melvin et des policiers décident d'aller à Los Angeles interroger Victor. Mais le tueur en série débarque lui aussi dans la ville...

À certains moments, le lecteur devine bien la suite de l'histoire (notamment l'identité du tueur américain), mais l'auteur construit son intrigue en équilibre entre ses deux sous-intrigues et ses différents personnages, en parvenant surtout à rendre le malaise palpable. Les descriptions des meurtres ou des autopsies sont rendues avec une violence crue impressionnante et surtout en faisant du lecteur un voyeur qui y trouve du plaisir, ce qui accentue le malaise. Comme Maurice G. Dantec il y a quelques années, Fabio M. Mitchelli utilise le thème du tueur en série au sein d'une écriture maitrisée - renouant plus avec le romantisme échevelé des maitres baroques, ou l'atmosphère des tableaux de Jérôme Bosch qu'avec la froideur informatique - pour décrire cette violence profonde qui taraude et détruit nos sociétés et pour analyser cette pulsion du Mal qui ronge l'Humanité. Reste à espérer (peut-être bientôt avec un anthologie poche des trois volets ?) que cette trilogie trouve le plus large public possible.

Citation

Entouré par le mal, éduqué par le mal, nourri par la main du diable ; tout le tracé de sa vie se résumait au fait qu'il n'avait jamais rien connu d'autre que la violence, le sang, la solitude et la vengeance...

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 19 novembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page