Nimu

Normalement, ce sont les filles qui se tirent sans prévenir, pas les mères.
Sylvie Deshors - Anges de Berlin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Roman - Noir

Nimu

Énigme - Écologique MAJ dimanche 19 avril 2009

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Jean-Pierre Santini
Ajaccio : Albiana, septembre 2006
404 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2- 846-981 798
Coll. "Nera"

Corse, île noire, épopée vacillante de notre déroute existentielle

2033. L'Apocalypse. Une scène de crime vaste comme le monde, ou peu s'en faut. Personne (Nimu). Une île à la dérive. L'humanité délestée de son humanité. Cap Corse, le monde s'est soudain tu. Mais dans les ruines d'Imiza se dresse, dérisoire, la silhouette d'un commissaire de police. Le carnet à la main, il note les premiers éléments de son enquête. Les ruines, le silence, annales d'une entomologie besogneuse, brandie comme pour tenir bon contre la nuit qui manigance. 2000. Maria Maddalena, la gouvernante du curé, s'en est allée. Imiza se pare aux couleurs de son saint patron, mais dans l'église, au matin de la fête, le curé est retrouvé mort. Quatre histoires se croisent, sans doute cinq, dont celle d'Alice et Polo, un couple qui peu à peu a sombré dans son trop vaste silence, ou celle de Petru Santu, militant clandestin en quête de son identité. Une identité que lui restitue le commissaire qui, lui, écrit l'Histoire relevée de ces ruines, d'un pays qui n'a jamais songé à consigner sa propre chronique qu'en négatif. Ironique fortune : l'enquête existentielle subsumée sous l'enquête policière. Mais peu à peu les fils du roman se rassemblent. Le commissaire s'affaire, recueille les raisons de la mort du curé, le cadavre de Maddalena, le pouls d'Alice. L'errance des personnages fascine. Le récit est construit comme une procession qui s'enroulerait sur elle-même, recommençant chaque fois le temps et l'espace en redondances magiques, récurrences de phrases, de mots, de thèmes, comme pour relancer la machine textuelle, exténuée. Somptueuse poésie de cette prose ténébreuse ! Avec Nimu, le roman noir accède à la vérité même du genre, embusqué dans son attention portée au monde contemporain pour l'accomplir sans complaisance, en même temps qu'il se défie des échappatoires qu'il dessine, quand dans ce monde, tout le sens est à reconstruire.

Citation

Les morts n'étaient plus des morts, mais des vivants qui avaient oublié de vivre.

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 24 mars 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page