Femmes hors la loi

Caroline frissonna, et ce n'était pas à cause du froid polaire qui régnait ici. Elle était tombée dans un piège.
Pénélope Pastel - Show BiZZ
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

DVD - Western

Femmes hors la loi

Braquage/Cambriolage MAJ jeudi 08 novembre 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 16,99 €

Sam Newfield
Outlaw Women - 1952
Patrick Brion (présentation)
Paris : Sidonis, novembre 2012
1 DVD VOST/VF Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm
Coll. "Western de légende"

Mainmise féminine

Tout débute avec la narration d'un très charmant docteur (il fera par la suite tourner bien des têtes) qui relate des faits au cours desquels il apparaitra plus passif qu'actif. Désireux de retrouver une clientèle différente - celle de Silver Creek a tendance à être atteinte de saturnisme, maladie en vogue chez les duellistes -, il attend midi de prendre une diligence. La suite va se révéler différente. Un duel et une diligence braquée plus tard, il se retrouve à Las Mujeres.

Las Mujeres c'est l'Eldorado des femmes et l'Enfer des hommes dans un coin perdu du Grand Ouest américain, à proximité de Silver Creek, une ville presque fantôme. Las Mujeres, c'est neuf femmes pour un homme en un cadre matriarcal dominé par Iron Mae (Marie Windsor, miss Utah 1937, qui tourne la même année dans L'Énigme du Chicago Express, brillant film noir de Richard Fleischer, puis quatre ans plus tard dans L'Ultime Razzia, de Stanley Kubrick) et qui va être l'objet de la convoitise de deux hommes, chacun à la tête d'une bande de malfrats qui ont leur propre vision des choses. La banque de Silver Creek contrainte de déménager organise un transport de fonds en diligence. Mais ce transport secret, tout le monde et connait son passage et son horaire, et trois embuscades s'organisent. "C'est la première fois qu'une banque sera victime d'un hold up à l'extérieur", s'écrit l'un des braqueurs. Seuls les premiers seront servis, et les premiers sont des premières. Mais non pour dérober le magot, non, simplement parce que l'argent de la banque est en grande partie la propriété de la clique de Iron Mae.

La suite ? Las Mujeres assiégée, des alliances qui se font, des coups de feu qui s'échangent, des baisers aussi. Le tout pour un western curieux, étonnamment féministe, un brin cocasse, avec quelques bruitages inopportuns, gratuits et qui ont mal vieilli. Quelques temps morts le temps d'apprécier un comique de situation et de répétition à base d'attaque, de contre-attaque et de bluff (il sera beaucoup question de poker). On n'évitera pas la sempiternelle chansonnette incitant à dépenser son argent poussée par une jolie femme en robe descendant un escalier du saloon. À la fin, les plus méchants sont trucidés, les moins méchants se marient, les hommes sortent victorieux, mais les femmes ne s'en sortent pas si mal avec la vision prophétique qu'un jour elles pourront voter. Une curiosité réalisée sobrement mais sans génie, avec une thématique originale. Pas du grand art, mais un honnête western de série B.

Femmes hors la loi : 75 min. Réalisé par Sam Newfield sur un scénario original de Orville H. Hampton. Avec Marie Windsor, Richard Dober, Allan Nixon, Carla Balenda, Jacqueline Fontaine, Richard Avonde, Jackie Coogan, Maria Hart, Leonard Penn...
Bonus. Présentation de Patrick Brion. Galerie photos.

Illustration intérieure

Discussion de comptoir. Il faut observer l'air apeuré du barman.


Citation

Je savais que la façon de porter les flingues allait devenir scientifique. En voici la preuve. Il faut juste pratiquer. Étudier tout le temps. Comme la médecine, n'est-ce pas, Doc ?

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 08 novembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page