Cité 19

- Vous ne semblez pas convaincu du suicide, a priori. - A priori, si. Mais je me prémunis toujours contre les a posteriori.
Patrice Dard - Comme sur des roulettes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 14 décembre

Contenu

Feuilleton radiophonique - Policier

Cité 19

Fantastique - Historique - Énigme - Urbain - Complot MAJ lundi 29 octobre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 0 €

La quête de Vérité de Faustine

Cité 19 n'est pas une incursion dans le XIXe arrondissement parisien de Faustine, dix-sept ans, une fille mal dans sa peau qui a vu sa mère quitter le foyer conjugal et son père se suicider du haut d'une tour gothique. Non, Cité 19 est un feuilleton radiophonique de Stéphane Michaka au carrefour du polar, de l'aventure, du fantastique et de la science-fiction. Cette fresque romanesque nous ramène au XIXe siècle, quand Napoléon n'est plus et la Commune n'est pas encore. Mais comment cela ?

Faustine en perdition chute dans un tunnel du métro Cité. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? Elle a un petit côté Alice cette Faustine, et le pays qu'elle s'apprête à affronter n'a, lui, que très peu de merveilles. Réveillée sans repère chronologique, elle se retrouve dans un Paris en costume, et apprécie une vue parisienne dénaturée par l'absence de la tour Eiffel. Dans la Capitale, le baron Haussmann met en œuvre son projet d'urbaniste fou sous les traits du Baron Pioche. Faustine veut survivre et surtout trouver un moyen de regagner son monde. Alors, dans un milieu un peu hostile, elle change son identité et cache ses traits pour devenir Faustin et s'engager au Petit Journal. Et cette transformation va avoir d'énormes répercussions car elle ne le sait pas encore mais elle représente l'avatar FX-27. En changeant de forme, elle change la donne.
Quelle donne ? Elle est censée être un roupillon et non un veilleur aux mains de Zaprudeur, un savant forcément un peu fou, qui entend manipuler les rêves de ces cobayes endormis. Seulement voilà elle est le grain de sable égaré par le marchand dans un rouage déjà grippé de l'intérieur. Ces générations de cobayes qui n'ont que faire de la chronologie des faits, et qui menacent l'issue réelle de la Commune.

C'est cette histoire qui brasse énormément de thèmes qu'a écrit pour France culture Stéphane Michaka. Cinq épisodes de 21 à 25 minutes avec des comédiens qui se donnent et s'en donnent à cœur joie, incarnant à merveille ces personnages d'une fiction protéiforme rythmée par les bruitages ancestraux des feuilletons de genre. Il y a bien évidemment enquête(s) car de la mort étrange du père de Faustine avec l'apparition d'un inspecteur (qui s'avère être un maniaque sexuel) aux investigations journalistiques en passant par la recherche d'un monstre souterrain faisant appel aux canons du genre du XIXe, les champs de la fiction policière sont largement abordés. Mais il y a aussi quête(s), car par delà la disparition de la mère, thème omniprésent et oppressant (abordé ici comme un conte), on retrouve celle de l'âme sœur avec ses rivalités sentimentales (Vikram et Morgane) et surtout celle plus identitaire dans une société déliquescente qui se cherche des repères dans l'Histoire. Comme on le voit, le sujet est ardu et le travail conséquent. Le résultat à la hauteur, et c'est tant mieux.

Cité 19
Épisode 1 : Où Faustine cesse d'appartenir à son époque
Épisode 2 : Où Faustine se réveille en plein XIXe siècle
Épisode 3 : Où Faustine enquête dans les bas-fonds
Épisode 4 : Où Faustine rejoint la secte des veilleurs
Épisode 5 : Où Faustine s'éveille d'un long rêve


Cité 19 : 5 X 23 min. Réalisé par Cédric Aussir. Scénario de Stéphane Michaka. Avec Lisbeth Arazi-Mornet, Delphine Augereau, Clément Carabédian, Cécile Combes, Juliane Corre-Lipszyc, Alexandra David, Mickaël Délis, John Kokou, Dan Mastacan, Franck Molinaro, François Perache, Violaine Pillot, Élise Roth, Antoine Sastre & Cristina Scagliotti. Bruitage : Sophie Bissantz. Prise de son, montage, mixage : Stéphane Desmons & Sébastien Labarre. Assistante à la réalisation : Cécile Laffon.
Cette fiction a été enregistrée à la Maison de la Radio et au CENTQUATRE dans le cadre de "L'acteur dans la fiction radiophonique", un chantier de recherche et de formation permanente proposée par les Chantiers Nomades, en partenariat avec France culture.

Citation

Vous me prenez pour un Rouge. Ma révolution consiste à identifier les criminels. Quatorze mensurations d'un suspect valent mieux qu'une confession arrachée de force.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 28 octobre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page