Né pour tuer

Voilà l'avenir : un flot en perpétuel mouvement où nous devons tracer notre route.
Christian de Montella - Les Rêves du temps : Taranis et Parfénia
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 19 novembre

Contenu

DVD - Noir

Né pour tuer

Assassinat - Corruption - Chantage MAJ mercredi 17 octobre 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 10 €

Robert Wise
Born to Kill - 1947
Serge Bromberg (présentation)
Paris : Montparnasse, septembre 2005
1 DVD VOST/VF Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "RKO", 62

Errances humaines

Lawrence Tierney est un habitué des rôles de gangsters à tel point que dix ans avant sa mort il endossera celui de Joe Cabot, organisateur du casse dans Reservoir Dogs, grand hommage au grand acteur de Quentin Tarantino dont on ne louera jamais assez l'immense culture cinématographique populaire. Dans Né pour tuer, en 1947, du très prolifique et brillant Robert Wise, il est Sam, un être impulsif foncièrement mauvais, arriviste, égoïste, compulsif et brutal. Un peu beaucoup pour un homme à l'intelligence réduite qui a des mains comme des battoirs. Et dans cette ville américaine, il commet le double meurtre de sa petite amie et de son flirt du soir dans une résidence sous le coup de la jalousie. Les corps sont découverts par Helen (Claire Trevor) qui, on ne sait trop pourquoi, choisit de prendre le train de nuit pour San Francisco. Évidemment, loi de l'improbabilité cinématographique oblige, Sam prend le même train sur l'insistance d'un ami gangster. Ils se rencontrent, se reconnaissent une même personnalité attirante, tombent amoureux l'un de l'autre sans même savoir les fondations de cette histoire. Tout ça dans le train, mais à San Francisco, l'histoire sera tout autre, car Helen y a un fiancé, une demi-sœur et une vie qui se profile sous un luxe éclatant. Sam s'impose, se marie avec la demi-sœur qu'il n'aime pas, envahit l'univers d'Helen.

La passion dévorante qui les ronge va anéantir peu à peu tous les repères d'Helen. Ses bonnes manières disparaissent au profit de sa nature bestiale et avide. Un détective privé venu enquêter sur les meurtres initiaux fait son apparition. Les fils complexes ne cessent de se croiser. Tout devient incontrôlable jusqu'à la fin d'une extrême beauté sombre et violente, l'un tuant l'autre avant de se faire lui-même tuer. Les héros noirs de Robert Wise n'ont, en règle générale, aucune saine échappatoire, mais ce qui importe dans ses films c'est comment ils se révèlent, quels sont les liens qui les unissent et les contraignent à commettre des actes une fois affranchis de leur servitude civilisée. Né pour tuer est l'un de ces films noirs où le réalisateur ne peut pas être accusé de louer les qualités des bad guys. Aucune repentance possible, aucuns remords pour des actes qu'ils assument jusqu'à leur mort si ce n'est la lâcheté de l'un dans un ultime soubresaut préventif. Et ce qui fait le grand charme de ce film, outre le jeu de ce couple extraordinaire d'acteurs - dont l'union puis la désunion irréversible sont symbolisées par ce pont, le Bay Bridge, figure omniprésente fragile du film dans une ville sujette aux tremblements de terre -, c'est bien cette tension narrative qui s'accompagne d'une excellente maitrise du noir et blanc. Un film grandiose, assurément l'un des meilleurs de Robert Wise, d'une éclatante élégance alliée à un décryptage étonnant de l'âme humaine.

Né pour tuer : 92 min. réalisé par Robert Wise sur un scénario de Eve Greene et Richard MacAulay, d'après le roman Deadlier Than the Male de James Gunn avec Claire Trevor, Lawrence Tierney, Walter Slezak, Phillip Terry, Audrey Long, Elisha Cook Jr...
Bonus. Présentation de Serge Bromberg.

Illustration intérieure

Helen découvre le double meurtre alors que Sam, l'assassin, est toujours sur les lieux du crime...


Citation

Je n'aime pas beaucoup le jeu. Je n'aime pas être à la merci de dès qui décident de mon sort. J'en décide moi-même.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 17 octobre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page