L'Heure de la vengeance

Entouré de femmes plus ravissantes et sensuelles les unes que les autres, James Bond n'a rien d'un philosophe grec.
Constantin Melnik - Les Espions réalités et fantasmes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 17 septembre

Contenu

Roman - Noir

L'Heure de la vengeance

Vengeance - Assassinat MAJ jeudi 18 octobre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 15 ans

Prix: 17,5 €

Jan Christopher Næss
Hevn - 2009
Traduit du norvégien par Pascale Mender
Paris : Thierry Magnier, août 2012
200 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-36474-124-9

La goutte d'eau

Kurt Are Venger est un grand ado en colère. Il vit seul avec son père, fervent défenseur des droits de l'Homme, laissés-pour-contre et autres êtres vivants dans le besoin. La seule personne avec qui il s'entend bien, c'est Fanny, sa vieille voisine. Les autres, il les déteste tous, son père, sa mère qui n'a rien trouvé de mieux à faire que se droguer et mourir, les étrangers, les homos, ses camarades de classe, les clodos. Et un matin, Fanny est retrouvée morte chez elle... Et c'est ça, finalement, l'élément déclencheur pour Kurt. Il va, doucement mais sûrement, péter un gros boulon. La police va rapidement arrêter un coupable facile, clodo, immigré et barje. Mais Kurt veut aller plus loin que ça, il veut venger Fanny, vraiment. Sous une chaleur écrasante et Nirvana en fond sonore, il élabore une théorie qui tient la route. Une théorie qu'il veut solide.

Le personnage de Kurt est parfaitement habité. Jeune adulte, sans repère, malheureux sans sa mère qu'il déteste pour l'avoir laissé seul avec son père, il transforme tout en colère. Et Jan Christopher Næss écrit vite et bien, droit au but. Juste ce qu'il faut pour un Kurt qui réfléchit, lui aussi, juste ce qu'il faut pour s'occuper l'esprit et trouver de quoi déverser sa rage. Énervé et pince sans rire, il sait déclencher un sourire grinçant à ses lecteurs. Enfant perdu, Kurt souffre. Fanny était la seule personne qu'il avait plaisir à voir. Et ce que l'on pressent dès les première lignes arrive...
De déception en déception, Kurt s'enfonce dans sa rage. Il veut SE venger. De tout et de tous.

Citation

On envoie sûrement les flics à l'école ménagère, pour leur apprendre à repérer chaque grain de poussière. Ici, en tout cas, ils avaient fait du bon boulot.

Rédacteur: Laura Durand dimanche 14 octobre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page