Le ChÅ“ur des paumés

À travers la neige, il l'accompagnait d'une vie vers une autre. L'étroit sentier qui sinuait à travers la forêt était comme un pont, reliant deux univers différents.
Oliver Bottini - Meurtre sous le signe du zen
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 15 novembre

Contenu

Roman - Noir

Le Chœur des paumés

Social - Urbain MAJ mercredi 03 octobre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 0 €

Gene Kerrigan
The Midnight Choir - 2007
Traduit de l'anglais (Irlande) par Franck Reichert
Paris : Folio, septembre 2012
462 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-044283-6
Coll. "Policier", 667

Actualités

  • 14/09 Édition: Parutions de la semaine - 14 septembre
    Les éditions du Seuil font paraitre le nouveau roman de Brigitte Aubert, La Ville des serpents d'eau, et l'on se dit qu'il s'en trouvera bien un à la rédaction pour plonger dans cette sombre histoire qui se base sur le honteux et dramatique secret des habitants de Ennatown. Pourquoi met-on ce roman en avant ? C'est parce que dans une semaine très chargée, il faut rendre à Brigitte Aubert ce qui est à Brigitte Aubert. Ses parutions se font rares, mais elles conservent ce style ferme qui est le sien.
    Les éditions Gallimard annoncent leur rentrée littéraire avec deux romans de la "Série noire" : I cursini, d'Alix Deniger, dont l'action se déroule au milieu des autonomistes corses (tiens, tiens, étonnant, non ?), et Les Anges noirs, une enquête sur fond informatique de l'Islandais Ævar Orn Josepsson. Deux romans totalement opposés par la géographie et les thèmes abordés.
    La rédaction, qui a quand même un peu lu, a trouvé fort appréciable Blood Hollow, un western, évidemment car c'est à la mode, crépusculaire de William Kent Krueger (Le Cherche midi), Pike, de Benjamin Whitmer (qui rappellera par certains aspects le personnage de Parker de l'ami Richard Stark), chez Gallmeister, et Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc chez Métailié - nous avons également interviewé l'auteur ; le roman fera d'ailleurs l'objet du prochain concours en nos pages...
    Mais comme il en reste à lire, en voici une petite sélection : Madame Courage, de Serge Quadruppani et Plaintes, de Ian Rankin. Les deux romans sont publiés au Masque en grands formats. Manège, de Rodrigo Rey-Rosa, un auteur guatémaltèque qui est édité chez Gallimard dans la très classe collection "Du monde entier". Comme dans un miroir, de Gunnar Staalesen (Gaïa). Et Louise Penny qui revient chez Actes sud avec un Mois plus cruel.
    Bien entendu, vous êtes libre d'aller voir du côté des poches qui offrent cette semaine leur lot de petites perles rééditées de Thomas H. Cook (deux fois) à Manuel Vàsquez Montalbàn en passant par Mons Kallentoft, Natsuo Kirino, Marco Malvadi et Håkan Nesser...

    Grand format :
    La Bête : polar solidaire, de Ada Nisen (Mon village, "Roman")
    Le Retour de Robespierre, de Christian Angles (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    La Ville des serpents d'eau, de Brigitte Aubert (Le Seuil, "Policiers")
    Ceux qui restent, de Jane Casey (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    404 not found, de Hervé Decca (Actes sud, "Actes noirs")
    Les Marches du temps, de Jean-Luc Demelier (Annaeditions)
    I cursini, d'Alix Deninger (Gallimard, "Série noire")
    Thalamus, de Stéphane Gérard (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    Les Marins des hautes-terres, de Raymond Jardin (Parole, "La&mnbsp;Mescla")
    Les Anges noirs, de Ævar Orn Josepsson (Gallimard, "Série noire")
    Blood Hollow, de William Kent Krueger (Le Cherche midi, "Thriller")
    L'Or du Ville de Grasse, de Dany Loridon & Gérard Loridon (Presses de la Cité)
    Tais-toi et meurs, d'Alain Mabanckou (La Branche, "Vendredi 13")
    Le Poulet veille au grain, de Jean-Jacques Michelet (L'Harmattan)
    Edward Hopper, rhapsodie en bleu, de Jean-Pierre Naugrette (Nouvelles éditions Scala, "Ateliers imaginaires")
    Le Mois le plus cruel, de Louise Penny (Actes sud, "Actes noirs")
    Madame Courage, de Serge Quadruppani (Le Masque, "Grands formats")
    Plaintes, de Ian Rankin (Le Masque, "Grands formats")
    Manège, de Rodrigo Rey-Rosa (Gallimard, "Du monde entier")
    La Civilisation des abysses, de James Rollins (Fleuve noir, "Thriller")
    Ces dames du palais Rizzi, de San-Antonio (Fleuve noir, "San-Antonio, grands formats")
    Comme dans un miroir, de Gunnar Staalesen (Gaïa)
    Sur les ossements des morts, d'Olga Tokarczuk (Noir sur blanc)
    Le Dernier Lapon, d'Olivier Truc (Métailié, "Noir")
    Pike, de Benjamin Whitmer (Gallmeister, "Noire")

    Poche :
    Du sang sur l'autel, de Thomas H. Cook (Points, "Policiers")
    La Preuve de sang, de Thomas H. Cook (Folio, "Policier")
    Les Six naïades, de laurent Corre (Le Caïman, "Polars")
    En compagnie du diable, de Tess Gerritsen (Pocket, "Thriller")
    Sombre célébration, de Charlaine Harris (J'ai lu, "Darklight")
    Une petite villesans histoire, de Greg Iles (Points, "Thriller")
    Automne, de Mons Kallentoft (Points, "Policiers")
    Le Chœur des paumés, de Gene Kerrigan (Folio, "Policier")
    Intrusion, de Natsuo Kirino (Points, "Roman noir")
    Mélancolie, de Patrick Mosconi (Folio)
    Le vingt et unième cas, de Hakan Nesser (Points, "Policier")
    Nature morte, de Louise Penny (Babel, "Noir")
    Saturne, de Serge Quadruppani (Folio, "Policier")
    Mission Iceberg, de James Rollins (Pocket, "Thriller")
    Le Jeu de l'ombre, de Sire Cédric (Pocket, "Thriller")
    L'Écriture sur le mur, de Gunnar Staalesen (Folio, "Policier")
    Tatouage, de Manuel Vàsquez Montalbàn (Points, "Roman noir")
    La Peste noire de Bagdad, de Gérard de Villiers (Gérard de Villiers, "SAS")
    Mozart est là ! : le secret des francs-maçons, de Gordon Zola (Le Léopard démasqué)

    Grands caractères :
    Volte-face, volume 1, de Michael Connelly (La Loupe, "Policier")
    Volte-face, volume 2, de Michael Connelly (La Loupe, "Policier")
    Un vrai jeu d'enfant, de François-Xavier Dillard (La Loupe, "Policier")
    Le Blues du braqueur de banque, de Flemming Jensen (La Loupe, "Policier")
    Paris mutuels, de jean-Marie Laclavetine (La Loupe, "Roman")
    Le Dernier amour d'Arsène Lupin, de Maurice Leblanc (La Loupe, "Policier")
    Le Mystère de Roccapendente, de Marco Malvadi (La Loupe, "Détective")
    Un Noël plein d'espoir, de Anne Perry (La Loupe, "Détective")

    Liens : Volte-face |Automne |Intrusion |Blood Hollow |Le Mystère de Roccapendente |Nature morte |Saturne |Le Jeu de l'ombre |L'Écriture sur le mur |Le Dernier Lapon |Pike |La Ville des serpents d'eau |Madame Courage |Tatouage |La Preuve de sang |Les Anges noirs |Brigitte Aubert |Michael Connelly |Thomas H. Cook |Mons Kallentoft |Natsuo Kirino |Maurice Leblanc |Marco Malvaldi |Patrick Mosconi |Håkan Nesser |Louise Penny |Anne Perry |Serge Quadruppani |Ian Rankin | San-Antonio | Sire Cédric |Olivier Truc |Manuel Vásquez Montalbán |Benjamin Whitmer |Gordon Zola |Gene Kerrigan |Ævar Örn Josepsson

Perdants de Dublin

Le roman noir a beaucoup décrit la trajectoire des paumés, des rejetés de la vie, et ce depuis On achève bien les chevaux, de Horace McCoy. Le progrès a donc eu le temps de faire des ravages depuis 1935... ce qui n'empêche pas les paumés de subsister et, parfois, d'être là où le lecteur ne les attend pas.

Avec Le Chœur des paumés, de l'Irlandais Gene Kerrigan, nous suivons une prostituée, droguée, qui veut à tout prix obtenir la garde de son fils. Elle est prête à tout y compris à servir d'indic. Nous croisons également un braqueur de bijouteries qui aime les petits casses tranquilles mais qui se trouve contraint d'abattre un vigile qui s'interpose bêtement. Pourtant ce qui ressort des sous-intrigues, ce qui donne l'unité musicale à ce chœur, c'est un policier. l'inspecteur Synnott, apparu au préalable dans À la petite semaine, est un flic intègre, qui a placé la justice au-dessus de tout. Il est même prêt à quelques actions à la limite de la légalité afin d'appuyer son point de vue et de falsifier voire élaborer les preuves qui lui manquent pour faire tomber un suspect.

Mais le chœur, c'est aussi un rappel de la tragédie grecque, et le roman n'échappe pas à cette tragédie : l'univers de Synnott se décompose au fil des pages. Sa soif de justice l'entraine insidieusement du côté obscur de la Force, dans une sorte d'entonnoir qui s'achève par une crise de larmes au volant de sa voiture. Des pleurs qui ne peuvent nettoyer le gâchis intégral semé autour de lui. La tragédie est là, à fleur de peau, lorsque les bosses de la vie deviennent telles que seule la violence, la trahison, et les mensonges envers soi-même peuvent, de manière illusoire, résoudre les problèmes.

Si le progrès a frappé, il a changé la vie quotidienne mais n'a pas réussi à faire bouger le fonds des Hommes. Il laisse toujours, au bord de la voie ferrée, ceux qui n'ont pas pu prendre le train en marche.

Citation

Contre la ruse, la loi n'est certes qu'une arme défectueuse, mais placée ente de bonnes mains, sa puissance peut malgré tout exercer une justice imparfaite.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 06 décembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page