The Shanghai Gesture

C'est ta dernière mission et tu échoues. Je crains que retrouver ta fille ne soit pas pour demain.
Le Thanh Son - Clash
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 14 décembre

Contenu

DVD - Noir

The Shanghai Gesture

Vengeance MAJ mercredi 05 septembre 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 15 €

Josef von Sternberg
The Shanghai Gesture - 1941
Paris : Films Sans Frontières, février 2005
1 DVD VF/VO/VOST Zone 2 ; noir & blanc ; 19 x 14 cm
Coll. "Films du Siècle"

Chronique

"Javanais, Hindous, Chinois, Portugais, Philippins, Russes, Malais." Shanghai, enclave internationale en cette première moitié du XXe siècle résonne d'une cacophonie exotique, et reflète les charmes du mystérieux Orient. C'est en son centre qu'existe un casino luxueux dont le faste tranche avec l'aspect sordide de la ville. Tenu d'une poigne de fer par Mother Gin-Sling, il va devoir bientôt fermer ses portes, victime du "grand business occidental" derrière lequel se cache un homme ambitieux, odieux et sûr de lui, le banquier Sir Guy Charteris (Walter Huston, qui sort du Faucon maltais, la même année, de John Huston avec qui il tournera aussi Le Trésor de la Sierra Madre). Pour l'heure, Mother Gin-Sling a obtenu un délai jusqu'au nouvel an chinois. Le temps nécessaire pour préparer sa contre-attaque. Poppy Smith, quand elle entre dans cet antre du vice, où marchandage et pots de vin sont monnaie courante afin d'alimenter des jeux qui n'ont de hasard que le nom, se retrouve sous le charme du ténébreux docteur et poète égyptien Omar. Il va peu à peu la dépouiller de ses atours en même temps qu'elle va s'endetter à la roulette, et plonger dans ses bras.

Les dix premières minutes du film en américain :


Poppy Smith, hormis un joli nom d'emprunt, c'est avant tout Gene Tierney, insolente de beauté et de talent, impertinente à l'extrême, capable de parler un français très agréable. L'actrice phénoménale se transforme très vite. Sombre dans l'alcool, la cigarette, le jeu, et multiplie les provocations, devient vulgaire, accroc, se retrouve humiliée. L'affaire est simple dans ce film de Josef von Sternberg de 1941. Dix ans après Shanghai express, le réalisateur revient dans une ville aux charmes mystérieux. Le rôle de Gene Tierney est fascinant et bouleversant. Particulièrement bien encadrée par Ona Munson (qui interprète ici une Mother Gin-Sling implacable, femme bafouée vengeresse), actrice morte trop jeune à quarante-cinq ans qui vient de Broadway et qui deux années plus tôt incarne Belle Watling, une prostituée dans Autant en emporte le vent, et Phyllis Brooks, qui joue une danseuse sans le sou ancienne maîtresse du banquier, l'un des meilleurs rôles d'une actrice à la carrière courte qui foisonne de seconds voire de troisièmes rôles. Ne nous y trompons pas, la galerie d'acteurs est impressionnante. Josef von Sternberg...

The Shanghai Gesture : 99 min. réalisé par Joseph von Sternberg sur un scénario de Josef von Sternberg, Geza Herczeg, Jules Furthman et Karl Vollmöller, d'après la pièce éponyme de John Colton avec Ona Munson, Victor Mature, Gene Tierney, Walter Huston, Clyde Fillmore, Phyllis Brooks, Albert Bassermann, Maria Ouspenskaya...

Illustration intérieure

L'implacable Mother Gin-Sling se joue de la délurée Poppy Smith pour mieux alimenter sa vengeance.


Citation

Je n'ai pas de pays, et plus je vois de pays, plus j'aime cette idée.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 28 août 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page