Stabat mater

Fred fut le premier employé sur lequel il posa les yeux. Il faisait l'idiot en rangeant des fromages de chèvre. Lobet l'avait dans le nez. Fred accepta le rapport de force. Cela donnait de la verticalité et des vertèbres à sa rancœur, à sa désespérance comme disaient les journalistes.
Dominique Forma - Voyoucratie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 19 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Stabat mater

Tueur en série - Procédure MAJ mercredi 29 août 2012

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Frédéric Coudron
Plombières-les-Bains : Ex æquo, juin 2012
162 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35962-284-3
Coll. "Rouge"

Requiem baroque

Pendant très longtemps, le Nord a été considéré de manière négative. Nous en voulons pour preuve qu'un département breton s'est même débrouillé pour ne plus avoir le mot Nord dans son propre nom. Le succès de Bienvenue chez les ch'tis a pu laisser penser que la donne avait changé, que le vent avait tourné. Pourtant, les romans qui paraissent et se situent dans le Nord continuent à montrer cette région comme une terre de violence, de sordide et de déshérence. Ce n'est pas Stabat mater qui risque de changer la donne.

D'un côté, Calderon, un inspecteur particulièrement abimé par la vie (dépressif, alcoolique, ayant des crises d'amnésie à de bien mauvais moments) et entouré de collègues peu reluisants eux aussi. De l'autre une enquête close depuis quinze ans et qui se trouve rouverte. La découverte d'un corps selon des modalités assez spéciales oblige la police à reprendre les dossiers vieux de quinze ans. Là, le temps a fait son œuvre et un indice incompréhensible auparavant devient évident. C'est le moment que choisis le tueur annonce son intention de s'offrir 666 victimes - ce qui aurait au moins le mérite de parler du Nord dans le livre des records... Plus l'enquête avance, plus l'alcool, les malentendus, les crises d'amnésie poussent la police à se demander si ce ne serait pas Calderon, lui-même, le tueur. Tout en essayant de survivre, pourchassé par le vrai tueur, l'inspecteur va n'avoir de cesse que de prouver son innocence.

Frédéric Coudron, en quelques pages, ne lésine pas sur la surenchère sans parler de la résolution de l'énigme qui multiplie les rebondissements tous aussi improbables les uns que les autres, dans une escalade qui accentue les dérives. Il nous offre une série de crimes tous plus ignobles les uns que les autres. S'il s'agissait de se livrer à un pastiche, à accumuler les pistes freudiennes, les personnages nauséeux à l'excès, les étreintes sordides, l'exercice est réussi et l'on imagine aisément un Abel Ferreira filmant un Harvey Keitel au meilleur de sa forme. Si l'on prend l'auteur au premier degré, le bilan est évidemment plus mitigé.

Citation

La situation me fait étrangement penser à un film d'action de seconde zone que j'avais vu au cinéma lorsque j'étais plus jeune, Assassins avec Sylvester Stallone et Antonio Banderas.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 27 août 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page