Je pars demain pour une destination inconnue

Billy n'appris la disparition de Sweetpea Harris qu'à 2 heures du matin, quand Milton et lui durent franchir le Macomb's Dam Bridge pour se rendre au St. Barnabas Hospital du Bronx, pour interroger un ado blessé par balles sur un terrain de jeux du Fort Tryon Park.
Richard Price - The Whites
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 juillet

Contenu

Roman - Noir

Je pars demain pour une destination inconnue

Historique MAJ mercredi 05 septembre 2012

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,94 €

Terre promise, terre dûe

Les romanciers ont parfois des idées étranges. L'odyssée de l'Exodus, un bateau rempli de juifs, pour la plupart anciens déportés, qui essaye de gagner la Palestine a déjà été racontée dans des versions romancées, historiques et cinématographiques. Ce qui devient important dans ce travail, déjà largement balisé, c'est donc l'angle d'attaque que peut utiliser un auteur qui est important. Maud Tabachnik, avec Je pars demain pour une destination inconnue, va donc se concentrer sur différents aspects. Elle embarque son action sur l'avant et l'après (évitant ainsi les grandes scènes de pathos du voyage-même). Elle démonte avec soin les efforts de l'autorité juive naissante pour préparer et équiper le bateau, pour lutter contre des arabes et des voyous qui essayent d'empêcher le départ. Puis elle développe tout le retour lorsque l'émigration aura échoué. Elle ajoute un agent secret anglais et des rencontres politiques (le cabinet anglais, les ministres français, une réunion à l'Onu), qui lui permettent de mieux présenter les enjeux autres que ceux des humains embarqués dans cette galère. Enfin, elle incarne son histoire en des personnages emblématiques mais caricaturaux (une jeune juive courageuse, un espion qui doute, un arabe fourbe, des truands mesquins). Les truands qui interviennent apparaissent également comme des anciens collaborateurs ce qui montre les limites et peut-être l'éventuelle polémique qui pourrait surgir : les traits sont très marqués et de nombreuses fois l'auteur esquisse un parallèle entre la politique coloniale anglaise et le sort des juifs sous le Troisième Reich, ajoutant même que la répression qui s'abat sur eux est souvent le fait de gens avec lesquels ils luttèrent contre les armées allemandes. De même, les arabes ou Palestiniens apparaissant sous des jours peu sympathiques (y compris à l'Onu où ils refusent de saluer les juifs qui leur tendent la main). Ce parti-pris assumé de manière consciente revient donc avec force sur un épisode connu de l'immédiate après-guerre en lui donnant de la vie et du relief, en lui offrant à travers une intrigue romancée centrée en grande partie sur la France et sur des personnages romantiques et idéalistes, une chance de rencontrer un public peu féru au courant des subtilités de l'histoire contemporaine, et peu farouche vis-à-vis de la subjectivité d'un premier récit dans une collection qui voulait s'appuyer sur une certaine véracité.

Citation

Où va-t-on les parquer, ceux là qui portent encore dans leur chair les barbelés des camps nazis ?

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 23 juillet 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page