Burma club

Bagayoko me jaugeait d'un air fat depuis son bureau immense et nu. J'avais oublié de préciser qu'il fuyait le travail comme la peste, déléguant tout ce qu'il pouvait à ses subordonnés pour s'adonner à son vice : le poker sur Internet.
Laurent Guillaume - Black cocaïne
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 15 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Burma club

Géopolitique - Finance MAJ mardi 19 juin 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,9 €

Daniel Hervouët
Monaco : Le Rocher, mai 2012
418 p. ; 24 x 15 cm
ISBN Burma Club
Coll. "Thriller"

Espion, lève-toi...

Le roman d'espionnage "de papa ", qui assit son incommensurable règne durant les premières années d'après-guerre, avait pour fonction première de donner au lecteur l'impression de toucher le pouls d'une actualité complexe et forcément hors de sa portée par le biais d'une fiction distrayante. Le genre a perdu de sa superbe avec la fin de la guerre froide, perdant sa seconde fonction d'œuvre de propagande où l'Occident forcément vertueux luttait contre le péril rouge ou jaune forcément immonde, chafouin et destructeur. Mais si les "centrales d'énergie" chères à John Buchan ont changé pour devenir de plus en plus des organismes privés visant moins la conquête du monde que celles des marchés économiques, les ressorts restent grosso modo les mêmes. Passé aux éditions du Rocher pour poursuivre une série entamée chez Nouveau Monde, Daniel Hervouët est un spécialiste du genre, mêlant un côté classique aux nouveaux paradigmes géopolitiques avec l'assurance de celui qui a connu la réalité de l'intérieur, puisque lui-même ancien officier du renseignement. Cette fois, ses héros sont envoyés au Nigeria au nom d'une société pétrolière, Global, désireuse d'assurer sa sécurité. À partir de là, l'intrigue passe des plus hauts ors de la république aux bas-fonds du Nigeria et aux immondes trafics de chair humaine qui s'y trament. Pas de doutes, on a affaire à des "histoires d'hommes", d'aventuriers ou plane l'ombre des acteurs burinés des années 1970, mais si la situation est ici réactualisée, Daniel Hervouët ne cède pas à la mode actuelle de LA grande scène d'action hollywoodienne, lui préférant la crédibilité et le feutré. Et pour parvenir à ses fins, notamment pénétrer ce fameux "Burma Club" qui est au centre de l'affaire, rien ne vaut les bonnes vieilles méthodes de la filature et de l'infiltration... Le tout dans un style simple, très factuel, quoique parfois un brin relâché, d'un développement de personnages minimaliste — mais c'est le genre qui veut ça —, de dialogues bien sentis et, surtout, d'une documentation évidente qui fait qu'on croit du début à la fin à ce gros roman de presque cinq cents pages à la conclusion ouverte. Pas de doutes, les nostalgiques des heures de gloire du genre comme les nouveaux venus ayant Jason Bourne pour référence incontournable ne seront pas déçus...

Citation

Au service Action, Patrice avait la réputation d'être un malade du renseignement. Il suffisait de le plonger trois jours dans un village du Béarn, il en revenait avec la cartographie complète de la production agricole, des adultères, des combines, du conseil municipal, des jalousies, des ragots de bistrot, des conflits familiaux, du cadastre et des projets d'autoroute. Le tout sans qu'on ait remarqué sa présence.

Rédacteur: Thomas Bauduret dimanche 17 juin 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page