Laissez bronzer les cadavres !

Nous éclatons en sanglots... Smoking, robe longue, champagne, mais surtout nos larmes parce que là, au milieu de cette fête, devant tout le monde, nous sommes en train de nous dire silencieusement au revoir... Ce n'est pas l'an 2000 que nous avons fêté à Venise ce jour-là, la fin d'un siècle, d'un millénaire. La fin du monde. La fin de ton monde.
Joséphine Dard - Frédéric Dard, mon père, San-Antonio
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 octobre

Contenu

Roman - Noir

Laissez bronzer les cadavres !

Braquage/Cambriolage MAJ jeudi 31 mai 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6,5 €

Jean-Patrick Manchette & Jean-Pierre Bastid
Paris : Folio, septembre 2008
224 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-031892-3
Coll. "Policier", 388

Fleuve de sang

Laissez bronzer les cadavres ! est le premier roman de Jean-Patrick Manchette paru à la "Série noire" en 1971. Mais c'est un ouvrage écrit à quatre mains, avec Jean-Pierre Bastid. L'assistant de Jean Cocteau sur le tournage du Testament d'Orphée lui apporte cette touche picaresque avec des personnages hauts en couleur que Jean-Patrick Manchette va s'ingénier à détruire.

Si le paysage n'est, lui, pas détruit, le hameau perdu sur les hauteurs du Midi de la France l'est tout au moins en partie. Habité par quelques désœuvrés dont un écrivain alcoolique, le lieu est le repaire idéal pour qui cherche à se terrer. D'ailleurs, histoire de planter un décor cinématographique, il y a quelques brutes de diverses épaisseurs qui se sont invitées. Elles ne discutent que très peu, ont le regard froid et le geste peu amène. Mais leur cordialité fait qu'elles partent au village faire les courses. Seulement, elles s'arrêtent sur le chemin du retour et attendent l'arrivée d'un fourgon blindé pour occire ses gardes et faire main basse sur deux cent cinquante kilos d'or avant d'aller remiser tout ça dans le hameau perdu.

L'histoire d'un sanglant braquage avec hommes en fuite qui bientôt vont tenter de récupérer solitairement la totalité du butin pourrait être classique. L'approche qui par moments confine au burlesque pourrait trouver ancrage dans les récits du genre américains. Seulement les deux auteurs imbriquent l'inévitable impondérable avec l'arrivée d'une femme en fuite avec son nourrisson, bientôt suivie de deux motards de la gendarmerie qui ont oublié d'aviser leurs supérieurs de l'endroit où il se rendaient. L'un des deux très vite passe l'arme à gauche. Le second a une vertu : il est héroïque.

À partir de là, tout va très vite et dans tous les sens accentué par des chapitres courts qui déclinent presque minute par minute chaque action de chaque groupe de personnages. Les trahisons s'accumulent, les combats à l'arme à feu s'enchainent, les morts s'entassent, les blessés n'entendent surtout pas mourir, la tempête se prend au jeu. Au final, un casse bien orchestré parfaitement minuté qui a simplement oublié de prendre en compte l'humain avec ses petites mesquineries et ses grands travers. Et puis l'irrationnel et l'incongruité de situations. Jean-Patrick Manchette et Jean-Pierre Bastid creusent de petits sillons de sang qui affluent à une grand fleuve en cru...
Sanglant, noir et pourtant réjouissant...

Citation

Rhino eut une moue qui ratifiait le développement de l'opération. Il s'allongea et tendit la main vers le tas de foin pourri qui avait servi de logement au matériel. Il en retira les trois dernières grenades lacrymogène, les posa sur le plancher entre ses pieds, et attendit. Le moment était venu d'allumer une cigarette. Ce qu'il fit.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 31 mai 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page