Je ne porte pas mon nom

Je n'aime pas l'école. J'aime apprendre. J'aime découvrir, écarquiller les yeux et puis les fermer le soir plus riche qu'au matin. J'admire celui qui sait et est capable de partager son savoir. Mais je n'aime pas l'école.
Dominique Chappey - Caminar
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 14 novembre

Contenu

Roman - Policier

Je ne porte pas mon nom

Immigration clandestine - Trafic MAJ mardi 22 mai 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,9 €

Anna Grue
Dybt at falde - 2010
Traduit du danois par Catherine Lise Dubost
Paris : Points, avril 2012
446 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-2812-0
Coll. "Policier", 2809

La balade des sans-papiers

Première enquête pour le Détective Chauve ou comment Daniel Sommerdahl s'immerge dans le monde de la police aux côtés de son ami Flemming Torp. Alors qu'il est en congé maladie depuis plusieurs semaines, terrassé par une dépression nerveuse, après une ascension fulgurante dans le monde de la pub, jusqu'à devenir directeur d'une agence le vent en poupe, une des femmes de ménage Lilliana, est étranglée dans les locaux de la susdite agence. L'entretien des lieux est assuré en binôme mais nulle trace de Benjamin, le jeune homme qui partageait le même planning que Lilliana, ce soir-là, il avance qu'il est rentré plus tôt chez lui car il était indisposé. Le commissaire Flemming Torp est immédiatement appelé sur les lieux du crime, où il se rend flanqué de Daniel chez qui justement il dinait et qui possède donc un alibi en béton. En effet, pourquoi se priver d'une personne qui connaît parfaitement les lieux, les équipes qui y travaillent, le fonctionnement et les horaires de chacun. C'est tout naturellement que Flemming interroge Daniel sur ses collègues, qui lui dresse un portrait de leurs habitudes et leurs caractères.

Parallèlement, Marianne, la femme de Daniel, lui demande son concours pour surveiller une de ses collègues médecins, qu'elle soupçonne d'être au centre d'un trafic de médicaments. Défenseuse de la veuve et de l'orphelin, elle lui impose également de protéger chez eux une mère et son fils qui se terrent depuis une dizaine d'années pour échapper à la violence du mari et père, ancien flic, soupçonné de bénéficier de relais au sein de la police pour retrouver leur trace. Et le fils n'est autre que Benjamin, supposé avoir accompagné Lilliana au cours de sa tournée des ménages.

Le deuxième corps d'une jeune femme noire qui partageait son appartement avec Lilliana est découvert sur une plage, présentant des traces de tortures et de coups. Impliqué malgré lui au départ de cette affaire, Daniel ne peut s'empêcher d'enquêter de son côté mais sans avoir l'impression de marcher sur les plates bandes de son pote commissaire. Il ne manque d'ailleurs pas de lui signifier dès qu'il tombe sur un détail ou un nouvel élément qui puisse être utile à faire avancer les investigations. Et c'est finalement bien malgré lui qu'il se retrouve au centre de tous les regards quand une journaliste décide de le mettre en avant dans un article de presse, en l'affublant du petit nom de Détective Chauve.

Premier roman de l'auteur, il est intéressant pour celle qui a lu Le Baiser de Judas, soit le deuxième en premier, de comprendre la genèse d'un détective en herbe, comment Daniel Sommerdahl plonge dans le monde du polar malgré lui et se découvre une âme de redresseur de torts. La deuxième enquête mettait en scène un serial lover, ici on s'immerge dans le monde du trafic d'êtres humains, de la prostitution et l'auteur démontre comment certains, sous prétexte de sauver le monde, en tirent des profits conséquents sans aucun scrupule.

Nominations :
Prix du meilleur polar des lecteurs de Points 2012

Citation

Dans deux heures, je serai coupable d'un meurtre.

Rédacteur: Axelle Simon dimanche 13 mai 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page