L'Ultime secret de Frida K.

Londres bat au rythme de la musique du monde, chacun de ses quartiers raconte ses propres légendes populaires au travers du bhangra, du reggae, du ska, du blues, du jazz, du fado, de flamenco, de l'électro, du hip-hop, du punk ; à vous de choisir votre bande-son.
Cathi Unsworth & Collectif - Londres Noir
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Obsession
Personne ne remarque jamais le vieil homme habitant Primrose Lane, si ce n'est le jour où il est retr...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 29 juillet

Contenu

Roman - Policier

L'Ultime secret de Frida K.

Historique - Religieux - Assassinat MAJ jeudi 10 mai 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,5 €

Gregorio León
El Ultimo Secreto de Frida - 2010
Traduit de l'espagnol par Catalina Salazar
Paris : Les Escales, avril 2012
320 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-3656-9014-0
Coll. "Les Escales noires"

Le vrai visage de figures légendaires

À Mexico, dans le Barrio Bravo, l'inspecteur Muchaca est très ennuyé. Il aurait préféré un meurtre à ce sacrilège. "Un crime, c'est autre chose. On enterre le cadavre et puis voilà." Quelqu'un a détruit, dans la chapelle de "l'Évêque", la statue de la Santa Muerte, l'idole d'un culte qui attire de plus en plus d'adeptes dans les classes populaires et parmi les narcotrafiquants, policiers et avocats. Avec une belle écriture soignée, le profanateur a laissé le message : "Au nom de Dieu."
De Madrid, Daniela Ackerman, une détective privée, part pour Mexico rechercher un autoportrait de Frida Kahlo, une œuvre ignorée, dédicacée à Léon Trotski. Caché sous une œuvre mineure, le tableau a été volé dans la galerie d'un spécialiste de l'artiste, le galeriste ayant été tué avec une statuette de la Santa Muerte.
Une nouvelle profanation, des meurtres de prostituées, retrouvées avec l'image de la Santa Muerte tatouée sur le sein gauche, mobilisent Muchaca qui rechigne cependant à mener des investigations poussées. Il a réussi à survivre jusqu'à maintenant et entend bien profiter d'une retraite qui se profile.
Daniela a pris contact avec Freddy Ramirez, un journaliste qui vient de recevoir une raclée pour s'être montré un peu trop curieux. Celui-ci lui raconte la vie de Frida Kahlo, les frasques de son mari Diego Rivera qui a tout fait pour que Trotski trouve refuge chez lui, de la romance qui se noue. Mais rien n'est jamais simple et surtout rien ne se déroule jamais comme prévu...

Gregorio León, journaliste et écrivain, installe l'intrigue de son roman autour de Frida Kahlo et Léon Trotsky. Il fait revivre cette artiste qui a su imposer une vision nouvelle dans la peinture de son pays et ce révolutionnaire, défenseur ardent d'un État ouvrier, poursuivi par la haine de Staline. Cependant, ce n'est pas une biographie. L'auteur place son récit dans le Mexico de 2007 et tisse des liens avec le Mexico de 1940 où évolue le couple mythique.
L'auteur décrit, dans le Mexico moderne, une situation politique et sociale sans espoir. Il dépeint l'atmosphère qui règne dans la ville où l'assassinat est plus que monnaie courante, accepté comme naturel, où les gangs font la loi. "Dites-vous qu'à Mexico les seuls qui ne s'inquiètent pas pour leur vie, ce sont les morts."
Il montre une police sans moyens pour lutter efficacement contre le crime, sans motivations. Il explicite la situation des populations prises en tenaille entre une loi impuissante et une criminalité triomphante.
Il intègre, dans son récit, nombre d'éléments véridiques des personnages, des faits authentiques. L'auteur a été en repérage dans les quartiers dangereux, (C'est un doux euphémisme !) là où la Santa Muerte, appelée aussi la Vierge des oubliés ou la Vierge des délinquants, concurrence la religion catholique.
Il donne, dans son roman, une large place à ce culte, cette croyance ancienne, qui sort de la clandestinité, rassemble de plus en plus de fidèles au point que le Vatican s'en inquiète sérieusement.

L'auteur met en scène, en la personne de Daniela Ackerman, une personne pugnace, accrocheuse qui, par son exemple, va déclencher un sursaut salutaire. Son caractère intrépide, son empathie en font une héroïne qui mériterait de revenir mener d'autres enquêtes.

Ce roman a été couronné par le Xe Prix International du Roman "Emilio Alarcos Llorach".

Autour d'un couple de personnages de légende, une intrigue astucieusement menée, riche en rebondissements, avec une peinture sans concession de la société mexicaine d'aujourd'hui.

Citation

Un conseil, ajouta-t-elle, il y a toujours eu dans cette ville des faits inexplicables, des morts mystérieuses. Alors ne perdez pas votre temps. Vous n'êtes pas Sherlock Holmes.

Rédacteur: Serge Perraud lundi 30 avril 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page