Le Portrait de Sarah Weinberg

Sans dec', le bois de Boubou est un grand spot de défoncés, avec tout un tas de lovés à brasser. Si des Chinetoks arrivent à palper avec des casses-dalles et de la pillave, je n'imagine même pas les couilles en or que je vais pouvoir m'offrir avec de la came.
Johann Zarca - Le Boss de Boulogne
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 14 novembre

Contenu

Roman - Noir

Le Portrait de Sarah Weinberg

Historique - Braquage/Cambriolage - Guerre MAJ mercredi 11 avril 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Philippe Cougrand
Calviac-en-Périgord : Le Pierregord, février 2012
492 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-35291-101-2

Spoliation

Été 1989. Marc Descombes, sur les traces de son père qu'il n'a pas vu depuis des années, se rend à Biarritz où il devient serveur dans un grand hôtel. Anna Guzman, riche cliente d'origine espagnole, se prend d'amitié pour lui et exige qu'il devienne son serveur attitré. La maison ne refusant rien aux gens fortunés, Marc le devient. Le hasard le propulsera au milieu d'une histoire de tableaux volés (dont le superbe Portrait de Sarah Weinberg, de Gustav Klimt) et de sa mort...
Vingt ans plus tard, la vente d'un Klimt spolié pendant la guerre fait exploser la cote du peintre. "L'art réduit à un fait divers et à sa valeur marchande." Les chiffres de la vente vont faire tourner les têtes et redonner l'idée à certains de retrouver les tableaux disparus à Biarritz des années plus tôt. La chasse recommence.
Difficile de résumer ce livre sans trop en dire. En effet, ce serait dommage de casser l'habile début de l'histoire mis en place par Philippe Cougrand qui signe ici un polar ambitieux mêlant art, architecture, amours contrariées, Histoire - nazisme et Deuxième Guerre mondiale. À cheval entre l'Allemagne (où l'auteur a séjourné pour une résidence d'écriture) et la France, le livre est dense, musclé, alternant de belles scènes d'action et des moments beaucoup plus contemplatifs. Toujours servi par une belle écriture, ce Portrait de Sarah Weinberg est l'un des livres les plus ambitieux de Philippe Cougrand, et sans conteste l'un de ses meilleurs.

Citation

Paul se demanda si la mémoire des hommes finissait par s'épuiser après quelques générations.

Rédacteur: Christophe Dupuis dimanche 08 avril 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page