Le Shérif

J'avais toujours estimé que la Trellick Tower était une monstruosité, et je n'étais pas le seul, puisque Ian Fleming avait baptisé son criminel le plus célèbre du nom de l'architecte de cette horreur : Erno Goldfinger.
Cathi Unsworth - Le Chanteur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

DVD - Noir

Le Shérif

Western - Corruption - Urbain - Finance MAJ mercredi 07 mars 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 16,99 €

Robert D. Webb
The Proud Ones - 1956
Patrick Brion (présentation)
Paris : Sidonis, janvier 2012
Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm
Coll. "Western de légende"

Capitalisme galopant

Avec Robert Ryan dans le rôle principal (celui de Cass Silver), Le Shérif a tout d'un western classique si ce n'est que c'est avant tout une satyre du capitalisme galopant dans une ville en croissance.

Son réalisateur, Robert D. Webb fait tout pour nous conforter dans un certain classicisme. Des cow-boys débarquent dans une ville en effervescence. Le shérif doit veiller au grain. Les revolvers seront remisés au placard. C'est sans compter sur Jeffrey Williams (Thad Anderson) qui incarne un jeune écorché vif convaincu que ce même Robert Ryan a abattu lâchement son père. Et puis, il y a ce gérant de tripot, qui a déjà fait fuir Ryan d'une ville. Et forcément quelques jolies femmes, dont une, Virginia Mayo, lui est promise.
Il y a de la tension, des coups de feu échangés, des blessures à la tête et des tueurs embusqués dans la ville. Il y a surtout le faussement flegmatique Robert Ryan qui entend avoir une retraite tranquille, qui aime oser et qui est droit dans ses bottes. Les notables de la ville, qui l'ont élu afin qu'il fasse régner l'ordre, se désolidarisent lorsque les suppôts de tripots leur font miroiter les dollars qu'ils vont gagner. C'est à qui fera les plus belles augmentations, le plus d'affaires.
Dans l'Ouest, tout va au galop surtout l'argent et la lubricité. Blessé à la tête, le Shérif est souvent pris de vertiges, souffre d'une vision trouble. Un peu gênant lorsque l'on doit dégainer vite et tirer juste. Mais dans ce western aux airs faussement classiques, l'abnégation, la justice et la confiance permettront de renverser quelques montagnes.
La réalisation est propre sans être ingénieuse. Les couleurs parfois saturent, mettent en avant la dentelle, les robes de couleur et le jaune du sable. Vous n'échapperez pas à la très tendue séance de tir, ni même au bruit inquiétant des éperons dans la nuit. Le passé a son prix que seul connait le présent, et c'est bien là le message principal d'un western qui se regarde vraiment avec beaucoup de plaisir.

Le Shérif : 94 min. réalisé par Robert D. Webb avec Robert Ryan, Virginia Mayo, Jeffrey Hunter...
Bonus. Présentation de Patrick Brion. Bande annonce. Galerie photos.

Rédacteur: Julien Védrenne lundi 05 mars 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page