Le Châtiment des élites

Pourquoi fallait-il que tout soit blanc ? Le salon de Samir, sa cuisine, même ses voitures. Pourtant, il ne portait que du noir. O'Clair ne l'avait jamais vu autrement. Pour lui, Samir était le Johnny Cash Chaldéen.
Peter Leonard - N'ayez crainte
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 14 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Le Châtiment des élites

Politique - Tueur en série - Corruption MAJ mercredi 29 février 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Public connaisseur

Prix: 19,9 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Giampiero Marongiu
Paris : Nouveaux auteurs, août 2011
397 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-8195-0095-7
Coll. "Thriller"

Des abeilles et des mouches

C'est un thriller qui aurait pu être le énième d'une liste déjà longue comme un jour sans pain. Un thriller où les élites de la nation se retrouvent au sein de sociétés secrètes avec une petite touche de franc-maçonnerie pour attirer les inconditionnels de Dan Brown. Cela aurait pu. Mais l'auteur réussit à déjouer les pièges qui auraient pu faire de ce thriller un nid de clichés du genre.

La panique règne dans les plus hautes sphères du gouvernement. Des exécutions par dizaines ont lieu parmi ce qu'on appelle les élites de la Nation. Elles sont décapitées et leur tête est livrée aux forces de l'ordre. Pour tenter de stopper l'hémorragie, une cellule spéciale est créée avec le commissaire Brocca aux commandes, un flic libertin, anarchiste et souvent borderline. Ses investigations le conduisent sur la piste d'une société secrète, baptisée L'Essaim, dont une des Abeilles est chargée de faire tomber les élites comme des mouches. Une tâche qui va s'avérer des plus complexes dans un environnement où personne n'est vraiment celui qu'il semble paraître.

On se retrouve face à un roman écrit intelligemment et pour lequel on sent que l'auteur s'est longuement documenté sans en rajouter dans la retranscription. Il faut aussi noter la qualité de plume de Giampiero Marongiu. Au-delà de ses talents incontestables de conteur – les soirées d'hiver au coin du feu doivent être passionnantes -, il parsème son livre de phrases qui transpirent l'amour des mots, de la littérature et qui fleurent très souvent aux frontières de la poésie. Il manque cependant un petit quelque chose pour faire de ce roman un livre vraiment marquant. Malgré une intrigue qui tient la route et les points mentionnés plus haut, on ne retiendra, quelques temps après l'avoir refermé, qu'avoir passé un bon moment de lecture. Ce qui, pour un premier roman est déjà pas mal. Giampiero Marongiu a du potentiel, et on ose espérer qu'il en garde encore sous la semelle. Il faudra surveiller avec attention ses prochaines productions.

Citation

L'humanité qui se roule dans la boue et se complaît dans la fange. L'humanité qui s'avilit pour mieux se repentir. L'humanité qui rampe et qui enfante les monstres qui la dévorent. Celle qui supplie les dieux, puis qui crache sur les cieux.

Rédacteur: Fabien Hérisson mardi 28 février 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page